Kontakt / contact      Hauptseite / page
              principale / pagina principal / home     zurück / retour / indietro / astrás / back
D  -  ENGL   -   ESP
 
Tableau concernant la persécution des juifs: 6 millions:
Construction des tunnels, construction des bunkers, déportations de Staline, Armée rouge etc. plus émigration - et des enfants juifs pas nés après 1945

de Michael Palomino 2003; dernier changement: September 2013
http://www.geschichteinchronologie.ch/judentum-aktenlage/hol/6-mio-partition-F.html

Julius Hans Schoeps, Portrait  Yehuda Bauer,
          Portrait  Nechama Tec,
          Portrait  Encyclopaedia
          Judaica, tomes  Benjamin Pinkus,
          portrait  Arno Lustiger,
          portrait  Martin Gilbert,
          Portrait
Michael Kloft,
          portrait  Michael Foedrowitz,
          portrait  Jean
              Ziegler, portrait  Christian Gerlach, portrait  Joachim Kahl,
          portrait  Bernhard Chiari:
          Livre: Vie cotidienne derrière le front (orig. German: Alltag
          hinter der Front), couverture  Zygmunt Frankel,
          portrait
Résumé concernant la persécution des juifs dans le Troisième Reich 1933-1945 et la persécucion de allemands dès 1945:

Les sionistes et le régime de Hitler organisaient ensemble la persécution des juifs pour chasser les juifs à la Palestine. Pendant la guerre (1939-1945) les détenues dans des camps de concentration dans le Troisième Reich étaient important pour la guerre et les détenues ont reçu partiellement plus de nourriture que la population civile. Les sionistes pouvaient contrôler les camps et depuis l'année 1942 ils ont inventé la diffamation avec le "mort de gas". En 1945 il y avait quelques camps ou se développaient des circonstances dramatiques et surchargées quand le système crachait. Les alliées seulement ont vu les camps en 1945 et ne croyaient pas que normalement les camps étaient très bien organisés entre 1933 et 1944. En 1945 le sioniste Eisenhower organisait le massacre collectif contre les allemands dans les camps de la pleine du Rhin. Les photos des allemands affamés et les cadavres allemands furent présentés comme juifs et M. Hitchcock faisait des filmes d'une manière ainsi l'on avait "l'impression" que les allemands avaient commis un massacre collectif contre les juifs. C'est une diffamation sioniste gigantesque. Mais il y a des autres faits qui sont justes:
-- le mort en masse des juifs qui ont resté dans l'Europe de l'Est qui n'ont pas fuit avec l'Armée Rouge ou avec les industries au centre de la Russie (les sionistes ne voulaient pas protéger les juifs de l'Europe de l'Est  parce qu'ils n'avaient pas de valeur pour Palestine)
-- le mort en masse des juifs dans les ghettos est seulement partiellement juste parce que les sionistes partiellement ont alimenté les ghettos en cachette
-- il y avait un mort en masse des juifs dans l'Armée Rouge, et
-- Stalin déportait des masses de juifs capitalistes au Goulag
-- et Hitler et Stalin organisaient aussi des déportations des juifs européens au Goulag - en cachette - parce que Hitler ne les voulait plus
-- à la fin de la guerre le système des camps en Allemagne collapsait avec faim, les camps restantes étaient surchargés et on avait des épidémies, et parfois l'on organisait des marches de faim et de mort comme vengeance pour la défaite
-- et en 1945 les femmes juives avaient développé partiellement une infertilité ou l'on ne redonnait plus les femmes juives dans les granges "chrétiennes" ou il y avait des femmes juives qui se séparaient du judaïsme.
-- d'ailleurs on doit considérer que le mot "holocauste" indique "victime brûlé" et ça ne vaut pas pour les juifs mais pour les allemands qui ont souffert la tempête de feu dans ses villes provoqué par les bombes des alliés - et beaucoup des maisons des juifs furent aussi détruites que l'on pouvait rendre aux juifs après 1945, mais les chefs des sionistes dans les "EUA", Roosevelt, Baruch et Morgenthau voulaient détruire l'Allemagne complètement pour détruire la patrie des juifs européens pour les chasser à la Palestine - et le sioniste criminel Eisenhower l'a fait
-- l'autre but sioniste de Roosevelt, Baruch, Morgenthau, Eisenhower et Einstein de lancer des bombes atomiques contre l'Allemagne ne fut pas réalisé parce que l'Allemagne capitulait trop vite
-- mais en été 1945 les alliées criminelles ont arrangé le massacre collectif contre les allemands dans les camps de la plaine du Rhin et puis les alliées ont présenté les photos et les films avec les allemands amaigris et morts comme des juifs pour inventer un massacre collectif contre les juifs au Troisième Reich. La diffamation contre les allemands fut exécuté avec des photos fausses et avec des séquences de film des camps de la plaine du Rhin qui étaient secret encore. Et ainsi les deux criminelles Eisenhower et le cinéaste Hitchcock ont manipulé le procès contre l'Allemagne et toutes les autres représentants des autres pays le croyaient...

Le classement des 6 mio. Juifs déplorés (plus autres gens "non Aryens": 1/2, 1/4 et 3/4 juifs) 1933-1948 incl. les documents de Gorbatchev:

1. Victimes de mort juifs sous le régime NS avec collaborateurs, aussi tziganes 2. Victimes de mort juifs sous la Union soviétique (US) 1933-1945 et dès 1945 comme prisonniers
3. Juifs survivantes hors de l'Union soviétique (US)
0. La définition de 1/2, 1/4 et 3/4 juifs en 1935/6 fait qu'on doit considérer 50-70 % plus de juifs et ou l'on met en vigueur les lois de Nuremberg le nombre des affectées augmente [25]
Émigration 1933-1939
- pogromes et émigration
émigration 1933-1945:
- émigration par le Hilfsverein 1933-1941
[1]
- émigration par le American Joint Distribution Committee [1]
émigration 1939-1945
- Marseille: Émigration par le Emergency Rescue Committee [2]

1a. mort en masse par exécution en masse et camion de gaz
1b. mort en masse par feu de grange ou de synagogue
1c. mort en masse dans le ghetto polonais [28]
1c1. mort de faim, mort de froid dans le ghetto
survivants sans mesure comme indisponible (allemand: "unabkömmlich", uk)
1c2. mort d'épidémie dans le ghetto
survivants par collaboration
1c3. mort par exécution dans le ghetto
falsifications des passeports:
- survivre par changement du nom
- survivre par changement religion
1c4. mort naturel dans le ghetto Déportations de Staline [23] - survivre sans nationalité [20]
1d. mort pendant des déportations 1940-1943 à l'Europe de l'est
2d. mort pendant les déportations  1940-1941 Chemins de fuite avec bandes de rabatteurs:
- PL-H-I-F-Sp/P-"Amérique" [19a]
- D-CH-F-Sp/P-"Amérique" [21]
1d1. mort de faim, mort de froid au transport 2d1. mort de faim, mort de froid sur le transport
1d2. mort naturel au transport 2d2. mort naturel sur transport



1e. mort en masse dans le camp (aussi tziganes) 2e. mort en masse dans le camp et dans le goulag
survivre dans la cachette [3]
1e1. mort de faim, mort de froid  dans le camp 2e1. mort de faim, mort de froid  dans le camp survivre comme partisan ans le forêt [4]
1e2. mort par épidémie dans le camp 2e2. mort par épidémie dans le camp survivre dans le camp [13]
1e3. mort par fusillade dans le camp 2e3. mort par exécution dans le camp survivre dans la construction des tunnels et des bunkers
1e4. décéder dans le camp 2e4. mort naturel dans le camp
1e5. mort par "expérience" médicinal
sous-catégories des émigrés:
(Cyclon B granulat: effet seulement dès 27° C) [32]
2f. Grande fuite avant Barbarossa: Retraite organisée de au moins env. 1 mio. juifs 1941 au centre de l'US; beaucoup et les pauvres juifs ne fuient pas, et fuite arbitraire est bloquée [24]; dénonciation des juifs restantes [26]
- émigrés qui sont rattrapés par le régime NS [6]
1f. mort comme fugitif (aussi tzigane) - fugitifs qui sont rattrapés par le régime communiste [7]

2g. "Mouvement" des juifs de l'Europe de Nazi à la Russie 1941-1943 [36]
1f1. Meurtre contre des juifs dans des cachettes par collaboration de la population 2h. mort en masse dans la steppe sibérien après la déportation [22]
- mort naturel comme émigré
1f2. Meurtre contre des juifs durant razzia et exécutions en masse [27]
2h1. mort de faim et mort de froid dans la steppe sibérien - mort par meurtre comme émigré:
p.e.: Rabatteurs fusillent des juifs pendant la fuite et les dérobent [19a]
1f3. Meurtre contre des juifs dans des cachettes par des partisans nationalistes 2h2. mort naturel dans la steppe sibérien - ou: Rabatteurs encaissent des sommes des juifs et vont les dénoncer après à la police et encaissent encore une fois [19b]
1f4. mort naturel dans la cachette 2i. Exécution en masse des 1.5 mio. de juifs comme "agents" par NKWD [36]


Et á la fin suivit la migration 1944-1948:
1g. mort durant la "chasse contre les allemands" 1944 avec la colaboration avec l'Armée Rouge durant la retraite du Wehrmacht [8] Beaucoup des juifs déportés sont pris pour service dans l'armée Rouge  [22] - Bricha (Berihah): PL-Ö-H-Roum-It.- Jewish Agency zioniste IL [11]


- par le Mer Noir [12]
1i. mort durant marche de faim
émigration dès 1945:
1i1. Meurtre contre des juifs pendant la marche de faim
- Joint: camps DP (jusqu'à 1953)
(Personnes Déplacées) [13]
1i2. mort par affaiblissement et par le froid
- Joint, ORT: directement "EUA", Canada [14]


- directement à l'Australie
1j. mort en masse durant le transport de retour de l'Europe de l'Est a l'Europe Centrale au territoire du Reich [9]
- GB combatte les navires avec des fugitifs etc.
1j1. mort de faim, mort de froid sur le transport de retour
2k. mort en masse (2-3 mio.) dans l'armée rouge (AR) et chez les partisans [10] - ou: Mariage, changement de nom ou changement de religion etc. pour cacher l'identitée juive contre persécution
1j2. mort naturel sur le transport de retour
- ou: Changement de nom avec un nouveau passeport pour cacher l'identitée juive contre persécution



1l. mort dans les villages et villes pendant les bombardements en territoires NS
2l. mort pendant les bombardements des villages et des villes en territoires "soviétiques"




1m. mort en masse (env. 1 mio.) pendant la construction des tunnels et des bunkers pour la production souterraine des armes resp. construction des galeries des missiles [18]

1m1. mort de faim, mort de froid  dans la construction des tunnels et des bunkers survivants dans l'union soviétique (US) [5]:
1m2. mort par épidémie dans la construction des tunnels et des bunkers - survivants dans la steppe sibérien Migration de retour de l'"Amérique" et de IL à l'Europe:
1m3. mort par exécution dans la construction des tunnels et des bunkers - survivants dans l'industrie des armes soviétique - plutôt en France
1m4. mort naturel dans la construction des tunnels et des bunkers - transport de retour des juifs et implantation en Europe de l'est [24] - partiellement aussi en Allemagne


- rémigration de IL en l'Italie
1n. camps surpeuplés dans le Reich et faillite de l'alimentation 2m. Prison à grande capacité et rideau de fer, captivité jusqu'à Gorbi  
1n1. mort de faim en masse dans les camps surpeuplés sans alimentation
Migration de IL à l'Australie, à l'"Amérique" etc.
1n2. mort par épidémie en masse dans les camps surpeuplés sans alimentation 2n. dès 1945: mort de froid dans le Goulag (juifs "religieuses", "nationals" et représentatives) [16]



1o mort par malnutrition après la libération des camps 2p. dès 1945 russification des juifs derrière le rideau de fer, mort de l'identité [17]


WJC cherche des enfants juifs dans des familles "chrétiennes" jusqu'à 1953 [15]
1q mort bientôt à cause des effets après 1945




Somme x1
Somme x2
Somme x3
en plus x4 "non-Aryens"
(1/2-, 1/4- et 3/4 juifs) [30]
en plus x5 "non-Aryens"
(1/2-, 1/4- et 3/4 juifs)
[30]
en plus x6 "non-Aryens"
(1/2-, 1/4- et 3/4 juifs)
[30]
en plus: x7 enfants juifs pas nés dès 1945 à cause de la mort des parents dans les territoires NS, et beaucoup des juives souffrent la perte de la capacité de naissance par dénutrition par des années dans les territoires NS [33] en plus: x8 enfants juifs pas nés dès 1945 dans l'Union "Soviétique" à cause de la mort des parents et de la perte de la capacité de naissance par dénutrition par des années chez des juives survivantes [33]

en plus concernant Europe du Nord, de l'Ouest et Central: x9 enfants juifs pas nés dès 1945 parce que les filles qui ne sont plus rendus des familles chrétiennes ne donnent plus naissance aux enfants juives [34]
en plus: x10 enfants juifs dans les territoires "soviétiques" pas nés dès 1945 parce que les filles qui ne sont plus rendus des familles chrétiennes ne donnent plus naissance aux enfants juives [34]
Chiffres de base on peut trouver ici: [31]
Le chiffre des victimes de 4,5 à 6 mio. est juste. Considérant toutes les circonstances avec les enfants pas nés dès 1945 le nombre des victimes de morts surmonte les 6 mio.
Dans ce procès de la guerre de 1939 à 1945 on a aussi la destruction des biens immobiliers juifs par des attaques aériennes des allemands et des alliés (sans sens) de sorte que les biens immobiliers expropriés ne pouvaient plus été rendus après la guerre: en Allemagne, Pays-Bas, France, Pologne etc.

Constructions des tunnels

-- après les déportations de Staline des juifs en Europe de l'est en 1940 / 1941 au Sibérie un part des juifs établis en Europe de l'est se sauvait vers l'Union Soviétique avant la campagne NS contre la Russie. Les juifs restantes qui croyaient que la situation ne va "pas se développer tant gravement" étaient fusillés sous l'occupation nazi. Puis les juifs de l'Europe centrale et de l'Europe de l'ouest avaient été transportés vers l'Europe de l'est pour remplacer les juifs de l'Europe de l'est. Comme on n'avait pas une victoire vite contre l'Union Soviétique de Staline on ordonnait les juifs dans les camps pour travailler dans l'industrie, la plupart des gens  vieux et les enfants dans l'agriculture. La résolution pour la production des armes souterraine était le 10-10-1940 après le premier avion anglais avait bombardé Berlin. Dès ce date commençait la construction des tunnels et de bunkers.

-- en 1943 la masse des juifs dans les camps de l'Europe de l'est était remmenée dans les constructions de tunnels et de bunkers. Ils devaient dynamiter les constructions et mouraient de faim et d'affaiblissement (plus ou moins 1000 constructions de tunnels et des bunkers réalisées avec un longueur en moyenne de 5 km environ, partiellement avec trois étages). Puis on organisait des prisonniers techniquement chevronnés pour la production des armes souterraine dans les tunnels et bunkers avec une production des armes ("armes de prodige" jets, fusées etc.);
(voir le film: "Das unterirdische Reich. Die geheimen Welten der Nazis" ("Le Reich souterrain. Les mondes secrètes des Nazis"); Tel.-Hotline: 0049-(0)2542-95 13 13; Fax: 0049-(0)2542-95 13 95).

-- à la fin du règne NS il y avait quelques constructions des tunnels ou l'on dynamitait les entrées pour enterrer les prisonniers vivement, ou l'on les remmenait ou ils ont survécu par la fuite
Des informations sur des prisonniers vivement enterrés on trouve chez l'historien de bunkers Michael Foedrowitz à Berlin.

-- dans la guerre il y avait beaucoup des juifs dans l'armée soviétique qui mouraient, et autres déportés de Staline mouraient dans des camps soviétiques ou au Sibérie sans nourriture


-- à la fin de la guerre le territoire NS se diminuait toujours et comme ça aussi le nombre des camps. Á la fin les camps restantes étaient encombrés et l'on trouvait des conditions catastrophiques avec du vol, des épidémies, du faim et du mort de masse. Dans l'agriculture de l'Europe de l'est il y avait beaucoup des enfants et des gens plus vieux juifs cachés et après l'occupation communiste ils étaient présentés comme chrétiens ou sans religion. Ils remplaçaient les hommes mourus dans la guerre sur les fermes.. Les juifs avec des "relations" pouvaient facilement falsifier ses passeports et beaucoup d'eux pouvaient organiser une émigration qui était organisée par les organisations sionistes.
Staline laissait remmener un grand part des juifs survécus de la Sibérie à l'Europe de l'est. Quand on avait la fondation de l'état d'Israël qui s'alliait avec le service secret des "États Unies" Staline bloquait le voyage à Israël pour touts les juifs.


Thèse: La construction des bunkers et les autres classifications de mort remplacent le cyclon B comme arme contre les détenus

Le granulat de cyclon B comme arme n'est pas très probable parce que son effet mortel se développe seulement dès 27°C, alors pas en hiver et surement pas dans des caves de cadavres. Les caves doivent être construites preuve à gaz ce que les caves de cadavres n'étaient surement pas. Et le granulat avec ses grains rustres ne passe pas des conduites d'eau et les petits trous des pommeaux de douche. On doit aussi considérer que le granulat de cyclon B n'était pas facile à procurer, et la SS avait l'intention à commettre ses morts tant discrètement que possible pour se servir des valises juives dans les dépôts des camps pour vendre les objets de valeur dans la marché noire p.e. dans la Suisse "neutre". Ce qui concerne l'improbabilité du granulat de cyclon B voir aussi la note [32]. Le granulat de cyclon B est remplacé dans le bilan par des autres morts en masse, p.e. dans les systèmes de tunnel, le mort de masse dans les ghettos et surtout dans l'Armée rouge. Comme ça le Holocauste n'est pas nié. On a la liberté de culte, et la recherche est poursuivie. Principalement la recherche détecte toujours plus de systèmes de tunnel. On espère que les journalistes et juges stupides vont accepter ça aussi.

Le but des dictatures c'est de se servir de la force des détenues jusqu'au bout. En 2006 l'historien des constructions des bunkers indiquait 1100 de constructions des bunkers, mais un part (10 % estimé) n'étaient pas réalisé resp. seulement existait sur des plans. Alors il semble que la construction des bunkers et les déportations de Staline avec les autres classifications de morts - surtout le mort en masse dans l'Armée rouge - remplace le cyclon B. Les dimensions des constructions des bunkers peuvent être vues dans le film de Kloft / Foedrowitz: "Das unterirdische Reich" ("Le Reich souterraine"), où l'on a des anciens détenues trois fois qui parlent. Ils étaient remmenés d'Auschwitz dans la construction des bunkers. Commandez le film: http://www.polarfilm.de, Tel.-Hotline: 0049-(0)2542-95 13 13. Le film de 2003 indique 800 de systèmes de tunnels, mais le chiffre n'est plus actuel aujourd'hui. En 2004 Foedrowitz indiquait 1000 constructions de tunnel, en 2006 1100, de lesquels un part existait seulement sur des plans. C'est un fait qu'on trouve toujours plus de systèmes de tunnel durant la recherche poursuivie.

Chambre de gaz contre des poux dans les vêtements - puis on avait des appareils à l'onde courte et le DDT
Des chambres de gaz étaient préparer pour la mesure contre les poux avec cyclon B, avec une "écluse à gaz" pour les vêtements pour la "mesure contre les poux". Pour un effet mortel le granulat de cyclon B nécessite une température minimale de 27°C qui est seulement possible en été. Le maniement est très dangereux et incommode. Sous 27°C on n'a pas d'effet, alors pendant l'automne, pendant l'hiver et pendant le printemps. C'est pour ça Siemens a développé un appareil d'onde courte contre les poux qui était employé dans la Wehrmacht et à la fin dans les camps aussi. Comme ça les chambres à gaz à Auschwitz n'étaient pas finies, à mon avis parce qu'un grand part des détenus était remmenés dans la construction des bunkers dès 1943. Puis les "EUA" développaient le DDT contre les poux qui n'était pas connu dans le Reich. Autres indications sur le granulat de cyclone B on a ici [32].

Pourquoi on a pas parlé de la construction des bunkers pendant le procès à Nuremberg? - Facteur "EUA" et vol de la technique des "armes miracles" (surtout la construction des roquettes)

En 1945 les constructions de bunker étaient dérobées par les allies: Toute la technique des armes allemande des "armes miracles" (surtout la technique des roquettes) était transportée principalement dans les mains des "EUA" (avec beaucoup de technique suisse là dedans, ABB etc.), inclusivement les techniciens de roquette allemands comme von Braun etc. On peut assumer que les "EUA" voulaient cacher les constructions de bunker complètement, et pour ça - avec la puissance de la bombe atomique au fond de la scène - on trouvait une autre raison pour le mort en masse des juifs: le cyclon B contre les poux. Comme ça seulement les allemands devraient être coupable aux meurtre en masses contre les juifs, Stalin non...

Les "révisionnistes" criminels n'ont enquêté que les camps et n'ont imperdonnablement pas cherché les autres places des morts dans la construction des bunkers ou en Sibérie.

 Chiffres trop hautes de population concernant le judaïsme: "Demi juifs" et "Quart juifs" etc. sont inclus

Les chiffres de population concernant le judaïsme monial (chiffre dans le Daily Telegraph du 24-3-1933 p.1: "Judea declares war on Germany": 14 mio. juifs mondialement, resp. N.Y.Times du 22-2-1948: "Armies for Palestine": 15-18 mio. de juifs au monde) doivent être relativisées. Les grandes chiffres sont des chiffres de combat dans une situation de combat (1933 contre l'Allemagne de Hitler, 1948 contre les Arabes), ou l'on a - à mon opinion - convié aussi les "demi juifs" et les "quart juifs" etc. pour lutter, et comme ça la dernière chiffre et plus grande que l'autre de 1933.

Aussi le régime NS a des estimations concernant la population juive en Europe de l'est pour 1941, et les chiffres sont bien trop hautes - à mon opinion - parce qu'on a inclus aussi là les "demi juifs", "quart juifs", "huitièmes juifs", "seizièmes juifs" etc.. Et es déportations de Staline pour la Sibérie 1940-1941 et les mouvements de fuite de 1941 à l'intérieur de la Russie ne sont pas considérés. Le Wehrmacht aussi avait besoin des hautes chiffres de la population juive pour "stimuler" des certaines cercles contre les juifs.

On doit vraiment admettre que les estimations Nazi comme aussi quelques estimations juives - de cas en cas - inclurent les 1/2, 1/4, 3/4, 1/8 et 1/16 juifs que ne sont pas contés dans les comptages officiels.

Le mot "Holocauste" signifie "victime brûlé" et vaut pour les allemands pendant les tempêtes de feu dans leurs villes pendant les bombardements des alliées mais pas pour les juifs parce que les camps allemands étaient bien administrés et contrôlés par le Croix Rouge et par les sionistes.

Mais: Pour l'Europe centrale et pour l'Europe de l'ouest manquent les "demi juifs" et les "quart juifs" dans les bilans. Comme ça on a selon Yehuda Bauer seulement pour l'Allemagne (260.000 env.) et pour l'Autriche (150.000 env.) ensemble env. 410.000 poursuivis en plus contant comme juifs, et un part de celles sont des victimes de morts dans le tableau, et peut-être cela va être un million.

Alors on a un scenario de la population mondiale des juifs:
-- en 1933 on avait 14 millions, et avec les lois de Nuremberg en 1935/6 augmente le total des personnes contant comme "juifs" a 20 millions
-- et en 1948 restent 15 a 18 millions considérant les lois de Nuremberg, ou restent seulement 11 a 12 millions de juifs sans considération des lois de Nuremberg.

Ces nombres contradiccionnaires aussi aparaient dans les livres annuaires et l'on doit interpréter ces chiffres de cette manière avec ou sans considération des "demi juifs", "quart juifs" etc.

En plus concernant le chiffre de 1948 on doit inclure aussi les victimes de la persecution parce que chez les juifs orthodoxes les morts restent vivants dans les prières.

Juillet 2006: Le nombre des systèmes de bunkers augmente à 1100 - estimation minimale d'une chiffre de victimes
L'historien de systèmes de bunkers Michael Foedrowitz a raconté à moi en juillet 2006 qu'il a trouvé 1100 systèmes de bunkers et tunnels maintenant, mais quelques systèmes n'étaient pas ou seulement partiellement réalisés. Le minimum c'est 1000 victimes de mort, seulement un système a un chiffre sous 1000, et le maximum c'est 20.000 victimes de mort. Alors on peut calculer soi-même quelle nombre de victime va être possible ans les systèmes de bunkers, avec la considération de peut-être 50 systèmes qui n'étaient pas réalisés et 10 % qui n'étaient pas de juifs mais des détenues socialistes, communistes et des tziganes.

Calcul de projection sans exigence de justesse:

Mon estimation personnel c'est un moyen minimal de 2000 victimes de mort par système de bunker, comme ça on a un minimum de 2.200.000 victimes de mort, moins 10  % (220.000) et moins 100.000 (ca. 50 projet qui n'étaient pas réalisés). Comme ça on a un minimum de environ 1.880.000 victimes de mort juifs dans les systèmes de bunkers.

Mai 2007 ministère publique: La persecution des juifs reste tant grave qu'avant quand on a 4 ou 6 mio. de victimes de mort
On avait un interrogatoire finale chez le ministère public à Bâle et l'on stressait clairement que la persecution n'est pas "moins grave" quand on a 4 ou 6 millions de victimes de mort. On stressait que l'émigration et le part russe de la persécution des juifs doivent être pris sérieux. On stressait qu'on doit prendre sérieux l'émigration et le part russe, et que le nombre des coupables augmente. Comme ça à vrai dire la persécution des juifs c'est plus grave qu'avant parce que la persécution des juifs venait de plusieurs parts, notamment aussi par l'église qui ouvrait les livrets de famille au régime NS et seulement par cela on pouvait poursuivre aussi des juifs demi, juifs quart etc.

Juin 2007: Scandale dans le ministère publique de Bâle: Tout est défini comme "semblant d'être scientifique" avec des "preuves prétendues"
En Juin 2007 le ministère public de Bâle m'envoie un acte d'accusation du février 2007 avec l'indication que tout mon travail sur la persécution des juifs est défini comme "semblant d'être scientifique" avec des "preuves prétendues", et toutes mes indications sont présentées comme fausses. De cette manière le ministère public de Bâle se débarrasse de son travail à contrôler des biographies juifs, à contrôler les constructions de bunkers et les activités en Russie, et en même temps encaisse un haut salaire de 5 chiffres. Ainsi c'est en Suisse: On fait une agitation et l'on ne travaille pas, et le contribuable paye ça, et l'on dit que c'est seulement juste ça qui sert aux employées de la justice. C'est un scandale absolu contre le travail historique.

Il semble que les "détectives" du ministère publique de Bâle ne savent pas ou se trouve la bibliothèque universitaire ou l'on peut vérifier les livres légales que j'ai utilisé.

17.9.2007: Le juge Stephenson renonce à toutes mes demandes de preuve
Avant le débat du jugement de Bâle le juge Dr. J. Stephenson renonçait à toutes mes demandes de preuve de ma table de la persécution des juifs.

Le juge arrogant Dr. Stephenson renonçait
                          à toutes mes demandes de preve concernant ma
                          table de Holocauste.
Le juge arrogant Dr. Stephenson renonçait à toutes mes demandes de preuve concernant ma table de la persécution des juifs.
Avec ça Mr. Dr. Stephenson se transforme comme un négateur de ma table de la persécution des juifs -
il n'est pas le seul juge criminel de cette classe criminelle.



9-11-2007: Le tribunal pénal à Bâle simplement dit qu'on ne peut pas me prendre sérieux et comme ça le tableau de la persécution des juifs soit une discrimination de race - les contradictions du juge Dr. J. Stephenson

Le président du tribunal Dr. J. Stephenson du tribunal pénal de Bâle a décidé le 9 novembre 2007 que mon tableau de la persécution des juifs ne soit pas à prendre sérieux parce que j'avais fait seulement 3 semestres d'histoire à une université. Il manquait à considérer que je fais des analyses d'histoire depuis 1992, et comme ça sans cesse jusqu'à l'année 2003, avec 3 semestres d'études à l'université 1998-1999, et la persécution des juifs pour 4 années.

Dr. J. Stephenson introduisait le débat avec un monologue sur des document judiciaires totalement surannés de 1999 qui - on doit considérer ça - étaient de l'Allemagne. Il ne se laissait pas interrompre à citer ces documents totalement surannés d'un pays étranger. Il semble - comme aussi le juge Stark ["Fort"] à Fribourg en Breisgau - le juge Stephenson était bloqué dans l'année 1999, et il semble que Dr. J. Stephenson se sentait demeurer en Allemagne.

Pendant le débat il laissait passer la thèse que surtout les constructions de tunnel et le mort en masse dans l'armée rouge pourraient remplacer le cyclone B, mais une heure plus tard dans son jugement il me condamnait,  et dans sa justification du jugement il prenait des phrases isolées du scénario du tableau de la persécution des juifs et du film de la persécution des juifs. Comme ça alors, il prenait des phrases singulières du contexte comme c'était faite déjà! des juges à Freiburg i.Br.. C'est un vieux principe de terreur comme c'était aussi la coutume dans le Troisième Reich.

Et il ridiculisait mon estimation pour les constructions de tunnel: Il prenait justement une petite construction de tunnel pour démontrer et il laissait non mentionnées toutes les autres grandes constructions de tunnel. Et le fait qu'on trouve toujours plus de systèmes de tunnel il n'acceptait pas no plus.

Comme ça Monsieur Dr. (!) J. Stephenson avait toute une autre manière qu'une manière "scientifique", mais ses arguments étaient les arguments comme à une fête de la bière. Et comme j'avais des difficultés psychologiques (mais je n'ai pas de difficultés pour penser logiquement donc), et comme la persécution des juifs soit un thème tant important, et parce que je suis le seul qui avait un tableau comme ça on ne pouvait pas prendre sérieux non plus, mais j'aurais commis discrimination de race. Alors il voulait me donner des règles ou je peut faire des recherches et ou pas! Mais cela semble à être vraiment un juge oublieux: Pendant une heure il tournait son opinion de 180 degrés. Et toutes les indications à ce qu'on avait dit pendant le débat et qu'on ne peut pas isoler des phrases d'un œuvre complet n'avaient pas d'effet. Á la fin restait seulement l'exclamation: "Sie sind ein Lügner!" ("Vous êtes un menteur!"). Mais le visage du juge Stephenson était totalement heureux et il semblait qu'il avait une joie énorme que j'étais condamné.

Pour ajouter encore la dernière chose Dr. J. Stephenson incluait encore une punition du juge criminel Stark de l'Allemagne dans son jugement. Le juge criminel Stark avait jugé seulement le part allemand de la persécution des juifs et il m'avait titulé un "démagogue" sans contrôler le part russe et l'émigration de la persécution des juifs. Maintenant Dr. J. Stephenson avait violé chaque frontière juridiquement et géographiquement. Il se sentait vraiment en Allemagne. Il était pris de folie furieuse.

Ce que le juge Dr. J. Stephenson avait fait c'est violation de personnalité, déformation des œuvres par la présentation des phrases singuliers isolées, criminalisation du tableau de la persécution des juifs même avec 4-6 mio. de victimes, et comment le granulat du cyclone B pouvait avoir effet dans l'hiver polonais quand le granulat seulement a un effet dès 27 °C restait aussi sans réponse. Il violait aussi le droit souverain d'un pays dans un cas juridique. Et: Juge Stephenson même n'avait pas de chiffres à proposer. Il semble que le juge Stephenson n'avait pas contrôlé le tableau du tout. Les contradictions d'un juge ne pouvaient pas être pire.

Il semble que personne du ministère publique de Bâle avait contrôlé le tableau, mais ils voulaient présenter le tableau comme invraisemblable avec des mensonges les plus simples. Mais le tableau est fixe avec ses sources sérieuses. Le 22 mai 2007 on avait une interrogation sérieuse, mais c'était seulement pour faire semblant parce que l'acte d'accusation avait été écrite en février 2007 déjà, et on me la donnait le juin 2007, et là dedans on disait que tout mon travail serait "semblant d'être scientifique" ou "des arguments putatifs".

Comme ça la recherche de la persécution des juifs est vraiment dure. Et c'est le contribuable qui paye pour ce "travail" du ministère publique des salaires de 5 chiffres... Les juges à Freiburg i.Br. comme à Bâle combattaient le tableau de la persécution des juifs avec des méthodes Nazi parce qu'ils ne veulent simplement pas la prendre sérieuse. Le juge suisse ment comme les juges allemands. Ils simplement veulent que le tableau n'existe pas. Mais mon tableau de la persécution des juifs est la seule qui présente les régions divers de la persécution des juifs (part NS, part russe, et part de l'émigration) du premier coup d'oeil.

Mais tant qu'on n'introduise pas des déductions de salaire pour les juges pour des décisions de fêtes de bière comme ça on a toujours des jugement abusifs contre de nouvelle recherche, même quant le thème est un thème tant important comme la persécution des juifs. Le terreur des juges contre des dates nouvelles et des preuves n'a pas cessé...

2007-2011

On ajoutait les indications concernant les enfants juifs pas nés dès 1945 qui exaltent le tragique de la persécution des juifs immensurablement.

Et c'est absolument incompréhensible que cela n'est pas mentionné dans des livres historiques courants.

En mars 2008 on intégrait les biens immobiliers juifs au tableau. Les biens immobiliers étaient détruits par des bombardements des forces NS et surtout par des bombardements des alliés. Tout ensemble les bombardements des villes n'avait pas d'effet concernant la production des armes dans le Troisième Reich parce que l'industrie avait changé souterrain (systèmes de tunnels).

Et en 2009 furent mentionnées les loyes de Nuremberg dans la table et en 2011 on avait des petites corrections dans la table et dans le texte.










nach oben / vers le haut / arriba / topnach oben / vers le haut / arriba / top


Remarques


1. Émigration 1930-1939

-- American Joint Distributed Committee; Dans: J.H.Schoeps (Hg): Neues Lexikon des Judentums [Nouvel lexique du judaïsme]; Bertelsmann 1998, p.46-47
Julius Hans
              Schoeps (éditeur): Nouveau lexique du judaïsme (orig.
              allemand: Neues Lexikon des Judentums), couverture de
              livre   Julius Hans
              Schoeps, Portrait
Julius Hans Schoeps (éditeur): Nouveau lexique du judaïsme (orig. allemand: Neues Lexikon des Judentums), couverture de livre

Julius Hans Schoeps: Lexique nouvel du
                            judaïsme (orig. allemand: "Neues
                            Lexikon des Judentums", page 46 avec le
                            commencement de l'article sur le comité de
                            distribution américainJoint (American Joint
                            Distribution Committee)    x
Julius Hans Schoeps: Neues Lexikon des
                            Judentums, Seite 47, mit der Angabe:
                            "In den 30er Jahren half das American
                            Joint Distribution Committee deutschen Juden
                            bei der Emigration".
Texte de la page 46:

<American Joint Distribution Committee, fondé le 27 séptembre de 1914 par le juïf connu d'une filiation allemand juïve Felix M. -> Warburg, pour collectinonner de l'argent pour aider aux juifs dans des circomstances misérables dans la guerre. Administrait le méchanisme de distribution de la comité américain juïve de sovetage (de Warburg, L.> (p.46)

(orig. allemand: <American Joint Distribution Committee, am 27. 11.1914 von prominenten Juden deutsch-jüdischer Abstammung wie Felix M. -> Warburg gegründet, um Gelder zur Erleichterung des Elends der Juden unter Kriegsbedingungen zu verteilen. Verwaltete den Verteilungsapparat des American Jewish Relief Committees (von Warburg, L. (S.46)

Le mention de l'émigration juïve de l'Allemagne:

Text de la page 47:

<Durant les années 1930 le comité de distribution américain Joint aidait á émigrer á les juïfs allemands.>

(orig. allemand: <In den 30er Jahren half das American Joint Distribution Committee deutschen Juden bei der Emigration.>
Julius Hans Schoeps: Nouveau Lexique du judaïsme (orig. allemand: "Neues Lexikon des Judentums", page 46 avec le commencement de l'article sur le comité de distribution américainJoint (American Joint Distribution Committee)

Julius Hans Schoeps: Nouveau Lexique du judaïsme (orig. allemand: "Neues Lexikon des Judentums", page 47, avec l'indication de l'émigration des juifs allemands: <Durant les années 1930 le comité de distribution américain Joint aidait á émigrer á les juïfs allemands.>

(orig. allemand: <In den 30er Jahren half das American Joint Distribution Committee deutschen Juden bei der Emigration.>)



xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

-- Y.Bauer: My Brother's Keeper: A History of the American Joint Distribution Committee. [Le  gardien de mon père: Une histoire du American Joint Distribution Committee]. Philadelphia 1974, chapitre 3, 4, 5 et 6 et aussi la "Conclusion" (p.303):
Yehuda Bauer, livre "My Brother's Keeper.
                History of the American Jewish Joint Distribution
                Committee 1929-1939", couverture de livre 01   Yehuda
              Bauer, livre "My Brother's Keeper. History of the
              American Jewish Joint Distribution Committee
              1929-1939", couverture de livre 02  Yehuda Bauer,
              portrait 
Yehuda Bauer, livre "My Brother's Keeper. History of the American Jewish Joint Distribution Committee 1929-1939", couverture de livre

Yehuda Bauer, livre "My Brother's
                            Keeper. History of the American Jewish Joint
                            Distribution Committee 1929-1939", page
                            303: 440,000 juifs pouvaient émigrer de
                            l'europe centrale 1930-1939
x
Yehuda Bauer, livre "My Brother's
                          Keeper. History of the American Jewish Joint
                          Distribution Committee 1929-1939", page
                          334, avec la source, principalement le
                          classeur R21 du JDC, un extrait du rapport de
                          1939 page 303:

<Jusqu'au 1939 à l'aide du JDC et du HICEM et d'autres il était possible pour 440.0001 juifs de l'Europe centrale à émigrer.>

page 334:

<Note à la fin 1: Source et principalement le classeur R21, extrait d'un rapport de 1939.>


(orig.:

<JDC, together with HICEM and others, was involved in the emigration of some 440,0001 Jews from Central Europe> (p.303).

<End note 1: Based mainly on R21, draft 1939 report.> (p.334)
Yehuda Bauer, livre "My Brother's Keeper. History of the American Jewish Joint Distribution Committee 1929-1939", page 303: 440,000 juifs pouvaient émigrer de l'europe centrale 1930-1939
Yehuda Bauer, livre "My Brother's Keeper. History of the American Jewish Joint Distribution Committee 1929-1939", page 334, avec la source, principalement le classeur R21 du JDC, un extrait du rapport de 1939 xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

-- Encyclopaedia Judaica (1971): Hilfsverein der Juden in Deutschland (association d'entraide des juifs en Allemagne), vol. 8, col. 480

Encyclopaedia
              Judaica, Lexikonbände

Encyclopaedia Judaica (1971): Hilfsverein
                          der deutschen Juden [["Relief
                          Organization of German Jews"]], vol 8,
                          col. 480: Between 1933 and 1941 the
                          Hilfsverein assisted over 90,000 persons to
                          emigrate to overseas countries, with the
                          exception of Palestine. Encyclopaedia Judaica, vol. 8, col. 480:

<Between 1933 and 1941 the Hilfsverein assisted over 90,000 persons to emigrate to overseas countries, with the exception of Palestine.>

Français:
<Entre 1933 et 1941 le Hilfsverein (association d'entraide) assistait à plus que 90.000 personnes à l'émigration aux pays d'outre-mer, hors de Palestine.>




2. Exemple: Marseille devient "porte de la liberté"

voir l'article "Marseille"; Dans: J.H.Schoeps (Hg): Neues Lexikon des Judentums [Nouvel lexique du judaïsme]; Bertelsmann 1998, p.549
Julius Hans
              Schoeps (éditeur): Nouveau lexique du judaïsme (orig.
              allemand: Neues Lexikon des Judentums), couverture de
              livre   Julius Hans
              Schoeps, Portrait
Julius Hans Schoeps (éditeur): Nouveau lexique du judaïsme (orig. allemand: Neues Lexikon des Judentums), couverture de livre

Julius Hans Schoeps (Herausgeber): Neues
                          Lexikon des Judentums, Buchdeckel   Julius Hans Schoeps, Portrait   Julius Hans Schoeps: Neues Lexikon des
                            Judentums, Seite 549
Julius Hans Schoeps (Herausgeber):  Neues Lexikon des Judentums, Buchdeckel
L'article sur Marseille dit:

<Durant la seconde guerre mondiale Marseille fut la porte á la liberté pour beaucoup des réfugiérs juïfs (-> Emergency Rescue Committee). Après la guerre fut une éstation importante pour la -> Aliya suivante á Israël.>

(orig. en allemand:

<In Zweiten Weltkrieg wurde Marseille für viele jüdische Flüchtlinge das Tor zur Freiheit (-> Emergency Rescue Committee). Nach dem Krieg wichtige Station für die -> Alija nach Israel.>)

En concret: Beaucoup de juïfs pouvaient partir de Marseille pour l'étranger à outre-mer.
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx




3. Exemple: Survivants dans la cachette

p.e.: Nechama Tec: Résistance armée (allemand: Bewaffneter Widerstand. Jüdische Partisanen im Zweiten Weltkrieg; orig. angl.: Defiance. The Bielski partisans). Édition Bleicher, Gerlingen 1996; Chronologie: "Schtetl Bielsk" sur cette site
Nechama Tec:
              Livre: Résistance armée (Bewaffneter Widerstand),
              couverture de livre   Nechama Tec,
              Portrait
Nechama Tec: Livre: Résistance armée (Bewaffneter Widerstand), couverture de livre


4. La création du mouvement  des partisans
Exemple: Survivants dans la cachette: p.e.: Nechama Tec: Résistance armée (allemand: Bewaffneter Widerstand. Jüdische Partisanen im Zweiten Weltkrieg; orig. angl.: Defiance. The Bielski partisans). Édition Bleicher, Gerlingen 1996; Chronologie: "Schtetl Bielsk" sur cette site
Nechama Tec:
              Livre: Résistance armée (Bewaffneter Widerstand),
              couverture de livre   Nechama Tec,
              Portrait
Nechama Tec: Livre: Résistance armée (Bewaffneter Widerstand), couverture de livre


5. La retraite de l'Armée rouge en 1941 (La "Grande fuite de Barbarossa")

Selon Martin Gilbert se sauvent 1,8 mio. de juifs au centre de l'Union Soviétique (Gilbert: Endlösung 1982, p.242). Mais de ces juifs ne survivent pas tous!

Encyclopaedia
              Judaica, tomes

La Encyclopaedia Judaica indique que par les déportations de Staline 1939-1941 et par les évacuations de "la terre brulée" en 1941  1,5 mio. de juifs qui ont été sauvé de l'extirpation des juifs NS (tomme 8, colonnes 907-910).

Copie: Encyclopaedia Judaica: Holocaust, Rescue from / Rettung vom Holocaust (allemand / anglais); tomme 8, colonnes 907-910

On peut estimer que au moins ca. 1 million de juifs survivent la Seconde Guerre Mondiale grâce à la déportation ou garce à la fuite en 1941 au centre de l'Union Soviétique. Les morts on doit déplorer surtout du froid en Sibérie et dans l'Armée Rouge.


6. Juifs fuis qui sont rattrapés par le régime NS

-- p.e. en Belgique pendant l'occupation de la Belgique en 1940 ou il y a des réfugiés juifs allemands et polonais

--  p.e. au Biélorussie  au front oriental 1941 quand des troupes NS rapides rattrapent des réfugiés etc.


7. Des réfugiers juifs qui se retrouvent sous la loi du régime communiste
Déportations en masse des "ennemies de classe" de la région frontière près du 3. Reich 1940-1941 dans la Sibérie. Le même mouvement d'expulsion était déjà réalisé en 1914: Dans: Encyclopaedia Judaica, les articles des états respectifs (Russia, Lithuania, Latvia, BSSR); et: Dans la Pologne de l'est on a 300.000-400.000 fugitives juifs e la Pologne de l'ouest qui ne veulent pas accepter un passeport soviétique et comme ça sont déportés dans la Sibérie; article: Holocaust, Rescue from, in the U.S.S.R.; Dans: Encyclopaedia Judaica: tome. 8, p.908
Encyclopaedia
              Judaica, tomes


8. Mort des juifs pendant la chasse contre les allemands en 1944 pendant la retrait de la Wehrmacht
"Chasse contre les allemands": Nechama Tec: Bewaffneter Widerstand. Jüdische Partisanen im Zweiten Weltkrieg [angl.: Defiance. The Bielski partisans]. Édition Bleicher, Gerlingen 1996; p.288-289; Chronologie: "Schtetl Bielsk" sur cette site
Nechama Tec:
              Livre: Résistance armée (Bewaffneter Widerstand),
              couverture de livre   Nechama Tec,
              Portrait
Nechama Tec: Livre: Résistance armée (Bewaffneter Widerstand), couverture de livre


9. films


10. Des victimes de morts juifs dans l'Armée rouge resp. dans l'Union Soviétique
212.500 morts juifs dans l'armée rouge; ce chiffre est indiqué de J.H.Schoeps (Hg) dans l'article "Militärdienst" ("Service Militaire") dans le lexique Neues Lexikon des Judentums (Nouvel lexique du judaïsme); édición Bertelsmann 1998, p.567;
Julius Hans
              Schoeps (éditeur): Nouveau lexique du judaïsme (orig.
              allemand: Neues Lexikon des Judentums), couverture de
              livre   Julius Hans
              Schoeps, Portrait
Julius Hans Schoeps (éditeur): Nouveau lexique du judaïsme (orig. allemand: Neues Lexikon des Judentums), couverture de livre

par contre Benjamin Pinkus estime 2,5-3 mio. de victimes juifs dans l'Union Soviétique:

Benjamin
              Pinkus, couverture du livre   Benjamin
              Pinkus, portrait

"I would estimate that the losses suffered by the Jewish population totaled between 12.5 % and 15 % of all Soviet war deaths (2.5-3 million out of the twenty million lost).

traduction:
"Je voudrait estimer que les pertes de la population juive sont totalement entre 12,5 et 15 % de toutes les morts soviétiques (2,5-3 mio. de totalement 20 mio. de victimes de mort). (p.23)

Dans: Pinkus, Benjamin: The Soviet Government and the Jews 1948-1967. A documented study. [Le gouvernement soviétique et les juifs 1948-1967. Une enquête documentée]. Ben-Gurion University of the Negev (Beer-Sheva); Cambridge University Press 1984; Chronologie "Pogrome, Diskriminierung, Kulturausrottung, Massenmord und Identitätsauslöschung an Juden in Osteuropa ab 1905" sur cette site

Arno Lustiger donne des informations suivantes:

Lustiger:
              Livre rouge. Stalin et les juifs (orig. allemand: Rotbuch.
              Stalin und die Juden), couverture de livre   Arno
              Lustiger, Portrait
Lustiger: Livre rouge. Staline et les juifs (orig. allemand: Rotbuch. Staline und die Juden), couverture de livre

Arno Lustiger: Rotbuch. Staline und die Juden; Édition Aufbau, Berlin,
-- édition reliée 1998, ISBN 3-351-02478-9;
-- édition de livre de poche 2000, ISBN 3-7466-8049-2

-- 500.000 juifs ont été dans l'armée Rouge (édition relié 1998: p. 149)

et maintenant on a deux indicatinos divers:
-- 160.772 juifs dans l'armée Rouge ont reçu un ordre ou une distinction (p.13)
-- selon le JAFK (comité antifasciste juif) du  4.4.1946 123.822 ordres (p.162)
-- et selon des statistiques ultérieures 160.772 ordres et 146 juifs sont décorés comme "Héros de l'Union Soviétique" (édition reliée: p. 151; édition de livre de poche 2000: p.163).

Lustiger n'indique pas un chiffre sur les juifs morts dans l'armée Rouge de 1941-1945. Quand on a 160.772 juifs avec un ordre ou une distinction, il ne semble pas improbable qu'on a deux à trois fois le nombre de juifs qui ont mourut dans l'armée Rouge, alors 321.544 à 482.316. Comme ça le chiffre de 500.000 juifs dans l'armée Rouge semble trop bas.
(Conclusion Palomino)


11. Fuite après 1945 par l'organisation juive "Bricha" (Berihah)

Dans: J.H.Schoeps (Hg): Neues Lexikon des Judentums [Nouvel lexique du judaïsme]; Bertelsmann 1998, p.142
Julius Hans
              Schoeps (éditeur): Nouveau lexique du judaïsme (orig.
              allemand: Neues Lexikon des Judentums), couverture de
              livre   Julius Hans
              Schoeps, Portrait
Julius Hans Schoeps (éditeur): Nouveau lexique du judaïsme (orig. allemand: Neues Lexikon des Judentums), couverture de livre

Encyclopaedia Judaica (1971): Berihah, Band 4:
Encyclopaedia
              Judaica, Lexikonbände

<The Berihah (Beriḥah) operation which, at the end of World War II, moved hundreds of thousands of survivors of the Holocaust across the frontiers of Europe to a new life in Erez Israel (Ereẓ Israel) [[Land of Israel]].> (col. 623-624)

<Beriha's orientation was clearly [[racist]] Zionist, but there were refugees who declared their preference for migration to countries other than Palestine.> (col. 631)

<The total number of people who left eastern Europe between 1944 and 1948 can be estimated at about 250,000, and of these about 80% at least [[at least 200,000]] came with the organized Berihah (Beriḥah).> (col. 632)

Français:
<L'opération de Berihah à la fin de la Seconde Guerre Mondiale mouvait des 100.000iers des juifs survivants de la persécution des juifs vers les frontières à une nouvelle vie au pays d'Israël.> (col. 623-624)

<L'orientation était claire [[raciste]]-zioniste, mais il y avait aussi des réfugiers qui préféraient une autre pays que Palestine.> (col. 631)

<Le nombre total des gens qui quittaient l'Europe de l'Est entre 1944 et 1948 peut être estimé à plus ou moins 250.000, et au moins 80% de ce nombre venaient par Berihah organisé.> (col. 632)

Alors nous voyons beaucoup des 100.000iers de survivants qui migraient par Berihah au Palestine et à autres pays. Berihah mouvait les juïfs d'une guerre à une autre guerre, maintenant contre les arabes. Mais il y avait des juifs qui voulaient une région plus pacifique et ne voulaient pas aller dans la piège de guerre qui s'appelle Palestine. Et cela son seulement les migrants juifs de l'Europe de l'Est. Les survivants des autres parts européens doivens être admis.


12. Fuite des juifs en 1945 de l'Europe de l'est par Roumanie et le mer Noire

p.e. Nechama Tec: Bewaffneter Widerstand. Jüdische Partisanen im Zweiten Weltkrieg [angl.: Defiance. The Bielski partisans]. Édition Bleicher, Gerlingen 1996; p.296
Nechama Tec:
              Livre: Résistance armée (Bewaffneter Widerstand),
              couverture de livre   Nechama Tec,
              Portrait
Nechama Tec: Livre: Résistance armée (Bewaffneter Widerstand), couverture de livre


13. DP camps et des personnes DP (jusqu'à 1953)

-- Encyclopaedia Judaica (1971): Zionism; Vol. 16, col. 1087

Encyclopaedia Judaica (1971): Zionism, Vol. 16,
                  col. 1087 avec l'indication qu'il y avait 100.000ers
                  de survivants juives des camps de concentration Nazi
Encyclopaedia Judaica (1971): Zionism, Vol. 16, col. 1087 avec l'indication qu'il y avait
100.000ers de survivants juives des camps de concentration Nazi


Selon des sources juives on avait des 100.000ers des survivants des camps de concentration:

"The end of the war in Europe in May 1945 [...] was necessary to aid in the rehabilitation of hundreds of thousands of survivors of Nazi camps."

Français: "Á la fin de la guerre en mai 1945 en Europe [...] on devait aider a des 100.000ers de survivants des camps Nazi."

Le paragraphe complet:

<The end of the war in Europe in May 1945 was followed by the fall of Churchill. Labour, which replaced him, had in the past displayed great sympathy for [[racist]] Zionism, and its party conference had just confirmed its promise to help the development of the National Home by making room for it through "extending the present Palestinian boundaries, by agreement with Egypt, Syria, or Transjordan". This urgent need for action soon became clear with the disclosure that it was necessary to aid in the rehabilitation of hundreds of thousands of survivors of Nazi camps. This could only be done throuth Anglo-American cooperation.>

Français:
<Á la fin de la guerre en mai 1945 en Europe Churchill perdait les élections. Puis suivait Labour qui avait des grandes sentiments pour le zionisme [[raciste]], et la conférence de Labour seulement confirmait la promesse à aider à développer une masion nationale. "Par une amplification des frontières palestinennes on voulait faire place", en accord avec l'Egypte, Syrie y Transjordanie.  Bientot c'était clair qu'il faudrait des accions immédiates: On devrait aider aux 100.000ers des survivants des camps Nazi. Cette aide seulement pouvait être effectuée par une coopération anglais-américaine.>

(de: Encyclopaedia Judaica 1971: Zionism; Vol. 16, col. 1087)


-- Encyclopaedia Judaica 1971: Zionism; Vol. 16, col. 1058

Encyclopaedia Judaica 1971: Zionism; Vol. 16,
                  col. 1058, avec l'indication qu'il y avait plus ou
                  moins un million des survivants juives vivants dans
                  les camps en Europa en mai 1945
Encyclopaedia Judaica 1971: Zionism; Vol. 16, col. 1058, avec l'indication qu'il y avait plus ou moins
un million des survivants juives vivants dans les camps en Europa en mai 1945


Dans les camps en Europe on trouvait plus ou moins 1 mio. des survivants juives:

"Perhaps a million Jewish refugees were alive in camps in Europe in May 1945"

Français:
"Peut-être un million de réfugiés juifs se trouvaient vivants dans les camps en Europe en mai 1945."
(from: Encyclopaedia Judaica 1971: Zionism; Vol. 16, col. 1058)


Puis on installait les camps DP. Dans des camps DP on avait un grand travail culturel juif:

-- voir l'article: American Joint Distribution Committee; Dans: J.H.Schoeps (Hg): Neues Lexikon des Judentums [Nouvel lexique du judaïsme]; Bertelsmann 1998, p.47
Julius Hans
              Schoeps (éditeur): Nouveau lexique du judaïsme (orig.
              allemand: Neues Lexikon des Judentums), couverture de
              livre   Julius Hans
              Schoeps, Portrait



14. Émigration juive directe aux États Unies après 1945

American Joint Distribution Committee; Dans: J.H.Schoeps (Hg): Neues Lexikon des Judentums [Nouvel lexique du judaïsme]; Bertelsmann 1998, p.47

Julius Hans
              Schoeps (éditeur): Nouveau lexique du judaïsme (orig.
              allemand: Neues Lexikon des Judentums), couverture de
              livre   Julius Hans
              Schoeps, Portrait
Julius Hans Schoeps (éditeur): Nouveau lexique du judaïsme (orig. allemand: Neues Lexikon des Judentums), couverture de livre


15. Appellation du WJC 1945 de rendre des enfants juifs des familles chrétiennes

Appellation du WJC 1945; Dans: George Garai (éditeur/Hsg.): World Jewish Congress. 40 Years in Action. A record of the world Jewish Congress 1936-1976, p.22, 1953: p.34

Garai
                          (éditeur): WJC - 40 Years in Action (40 années
                          en action), couverture du livre
Garai (éditeur): WJC - 40 Years in Action (40 années en action), couverture du livre
Garai (éditeur): WJC - 40 Years in Action
                          (40 années en action), contenu avec
                          l'indication de Garai
Garai (éditeur): WJC - 40 Years in Action (40 années en action), contenu avec l'indication de Garai
Garai (éditeur): WJC - 40 Years in Action
                          (40 années en action), page 34
Garai (éditeur): WJC - 40 Years in Action (40 années en action),  page 34
<1953 [...] Le congrès fait une campagne pour le retour des orphelins juifs pour  retourner au centre de la communauté juive qui avaient été sauvés pendant la guerre par des catholiques en France, Belgique et Hollande.>

(original:
<1953 [...] Congress  leads campaign for return to Jewish fold of orphaned Jewish children saved during war by Catholics in France, Belgium and Holland.>)



16. Soviétisation / russification des juifs de l'Union Soviétique dès 1948: Ondes de procès, arrestations en masses, condamnations aux camps de travail, "procès économiques"

Pinkus:
Benjamin
              Pinkus, couverture du livre   Benjamin
              Pinkus, portrait

Pinkus, Benjamin: The Soviet Government and the Jews 1948-1967. A documented study. [Le gouvernement soviétique et les juifs 1948-1967. Une enquête documentée]. Ben-Gurion University of the Negev (Beer-Sheva); Cambridge University Press 1984; Chronologie "Pogrome, Diskriminierung, Kulturausrottung, Massenmord und Identitätsauslöschung an Juden in Osteuropa ab 1905" sur cette site:

-- des procès 1948-1953 ("The Black Years", "Les années noirs"): Pinkus, p.5,21,87,89,163,194-195,507,533; détentions en masse: Pinkus, p.216; conviction presque toujours à 10 années "camp de travail": Pinkus, p.196-198

Staline fermait la "Union Soviétique" pour les juifs, et on avait des ondes avec anti-sémitisme, parce que l'état sioniste raciste de Israël avait une liaison avec les États Unies et avec ses services secrèts. Alors l'"Union Soviétique" avec Stalin se sentait encerclé par les États Unies et ses alliers. Et les mesures furent graves.

-- autres paquet de procès en 1953 et 1955 encore après Staline: Pinkus, p.207,208

-- autres procès-spectacles contre des juifs 1961-1963: Martin Gilbert: www.martingilbert.com/maps_pdf/map_jewish-history.pdf

Martin Gilbert:
                            Carte de l'Union Soviétique sur les
                            procès-spectacles contre des juifs
                            1961-1963
Martin Gilbert: Carte de l'Union Soviétique sur les procès-spectacles contre des juifs 1961-1963
Martin Gilbert,
                          portrait
Martin Gilbert, portrait




17. Soviétisation / russification par la destruction de la culture juive

Pinkus décrit ici le changement de la politique de la "Union Soviétique" contre les juifs après la fondation de l'état d'Israël racist sioniste qui avait un régime en collaboration avec les États Unies et avec le service secret CIA contra la "Union Soviétique":

Benjamin
              Pinkus, couverture du livre   Benjamin
              Pinkus, portrait

Pinkus, Benjamin: The Soviet Government and the Jews 1948-1967. A documented study. Ben-Gurion University of the Negev (Beer-Sheva); Cambridge University Press 1984, ISBN 0-521-24713-6:

-- vol de l'identité par liquidation des institutions juives: Pinkus, p.1, 310, 372
-- détention, fermeture, liquidation des journaux juifs, p.150 (Shtern), p.263 (Eynikeyt)
-- morts des synagogues: p.316


18. Bunkers: Construction des systèmes de tunnels pour la production des armes souterraine

-- Film sur la construction des bunkers: "Das unterirdische Reich - die geheimen Welten der Nazis" ["Le Reich souterrain - les mondes secrètes des Nazis"]; Dans: VOX, 9.1.2004, 22:05-0:00; Acheter le DVD: par http://www.polarfilm.de , ou directement par Polarfilm en Allemagne, Tel. 0049-(0)2542-95 13 13; numéro de commande: 7058; le texte allemand est ici


Spiegel TV: Film sur DVD: Le royaume
                          souterrain [orig. allemand: Das unterirdische
                          Reich - die geheimen Welten der Nazis],
                          couverture
Spiegel TV: Film sur DVD: Le royaume souterrain [orig. allemand: Das unterirdische Reich - die geheimen Welten der Nazis], couverture
Michael Kloft, portrait
Michael Kloft, portrait
Michael Foedrowitz, portrait
Michael Foedrowitz, portrait


Cherchez aussi avec les mots de recherche sur les machines de recherche, p.e. sur www.web.de: Bunkerbau Düsenjäger, Bunkerbau Atombombe, Bunkerbau Eulengebirge, Bunkerbau Jonastal, Bunkerbau Thüringen, Bunkerbau Panzer etc.

Le thème "construction de bunker" est totalement nouveau et la situation de recherche peut changer chaque jour. Le média sont pris à faire des reportages sur ce thème internationalement parce que la historiographie de la persécution des juifs et les lieux de la persécution des juifs et de la destruction des juif change fondamentalement.

-- concernant la résolution de Hitler pour construire des systèmes de bunkers le 10-10-1940 et constructions de bunkers en Allemagne de Nord: Michael Foedrowitz: "Bunkerwelten. Luftschutzanlagen in Norddeutschland" ["Mondes des bunkers. Protection aérienne en Allemagne de Nord"], auf http://www.bunkernetzwerk.de , aussi avec un lien à la  "Bunkerliteratur" [littérature sur les bunkers]

-- un aperçu sur les constructions de bunker pour produire les armes dans les montagnes en Allemagne (aussi des chars) et en Pologne c'est http://www.team-delta.de Wolf-Dieter Holz, Peter Müller, Annett Jantzen et Jörg Waga, téléphone centrale: 0049-(0)721-151504289 (et il y a aussi des présentations sur des bunkers dans la CSSR et en Suisse)

-- un aperçu sur les constructions de bunkers du Reich sur le terrain de l'ancienne RAE donne Patrick Wagner, Chemnitz, sur  http://www.bunkernetzwerk.de/nuke/index.php avec une recommandation d'un livre "Geheime Bunkeranlagen der DDR" ["Des installations secrètes de bunkers en RAE"] de Stefan Best

-- p.e. les ex détenues d'Auschwitz sont employés aux montagnes d'hibou ("Eulengebirge", aujourd'hui Pologne) ou l'on a fait aussi des salles avec un hauteur de 8m, avec un pourcentage mortel de 50 %, p.e. des salles recouvris en bois: du film de Michael Kloft et Genztaler SpiegelTV à Hambourg, Tel. 0049-40-301 08 663) et Michael Foedrowitz, Berlin (Tel. 0049-30-36 40 98 34): "Le Reich souterrain - les mondes secrètes des Nazis"; aussi dans: VOX, 9-1-2004, 22:05-0:00; le texte du film se trouve sur cette site.

-- des renseignements concernant des tunnels de roquettes en France et en Autriche et concernant les tunnels en Silésie et en Autriche etc.:  "Verein der Berliner Unterwelten" ["Association des mondes souterraines de Berlin"], Brunnenstr. 180a, D-13355 Berlin, Tel. 0049-(0)30-49 91 05 17; http://www.berliner-unterwelten.de ; historien: Jürgen Müller.

-- renseignements concernant tout le système des constructions des tunnels et des bunkers dans le 3. Reich (1000 constructions en Allemagne et dans les régions occupées): historien: Michael Foedrowitz, Berlin. Il indiquait en 2004 qu'on a tué les détenues en masse vivant par dynamisation: On a fermé les entrées par dynamisation, et aujourd'hui on ne trouve plus les entrées parce qu' on a de foret là et l'on cherche et cherche, aussi dans la Saxe.

-- aperçu sur les constructions de bunkers et liens pour organiser une visite: Harald Faeth (?), Francfort: http://www.geocities.com/CapeCanaveral/1325/ (site du 23-5-1997; e-mail: Harald-Faeth@frankfurt.netsurf.de)

-- aperçu concernant les désignations de code de toutes les constructions de tunnels:  Harald Faeth (?), Francfort: http://www.geocities.com/CapeCanaveral/1325/codes.txt

-- plans des constructions de tunnel "Dachs I", Dachs IV", Barbe, "B7"/"Esche": aussi là:
 http://www.geocities.com/CapeCanaveral/1325/pics.htm

-- sur http://www.turbo.at/geheimprojekte/b_kammler on trouve des liens avec des plans et des fotos des constructions de bunker:  "B1": "Zement"; "B8": Bergkristall; "B9": Quarz (avec une présentation du livre de Markus Schmilzberger: "Was die US Army in der Alpenfestung wirklich suchte. Eine Theorie zum Decknamen der Anlage "Quarz" in Roggendorf bei Melk" ["Ce que cherchait vraiment l'armée des "EUA" dans les forteresses des Alpes. Une théorie concernant les désignations de code de la construction "Quarz" à Roggendorf chez Melk", ISBN 3-930219-79-4); "B10": "Quarz II":

-- extrait du livre de "Rätsel Jonastal" ["Mystère val de Jonas"] sur des constructions de bunker "S111" et "Olga" avec des systèmes de tunnel pour des kilomètres: http://www.geocities.com/CapeCanaveral/1325/raetsel.txt

-- la site http://www.amberroom.org de 2003 pense que la chambre d'ambre jaune soit cachée dans les tunnels du val de Jonas à la Thuringue, et l'on organise des guidages par les systèmes de tunnel

-- quand on recherche avec le mot "Jonastal" on trouve un aperçu sur les constructions de bunkers à la Thuringue, p.e.  http://www.jonastal.de; le livre de Harald Fäth "Hitlers Atomwaffen" ["Les armes atomiques de Hitler"] on peut commander ici: http://www.jonastal.biz chez l'édition Explorate à Königsfeld, Tel. 07725-91648-12; l'auteur Andreas Vogt écrit sur les bombes atomiques qui étaient transportées par l'armé "américaine" quand la population devait fermer toutes les fenêtres: http://www.reformnetz.de/Vortrag/jonastal.htm ; Joachim Hess et Regine Liebich indiquent des 1000iers de détenues morts dans la construction des bunkers dans le val de Jonas: http://www.mdr.de/doku/421998.html

-- un autre livre concernant la bombe atomique de Hitler: Rainer Karlsch sur  http://www.factorfake.de/article97.html an

-- construction de bunker dans les montagnes d'hibou ("Eulengebirge") en Pologne: Joachim Köhler: http://www.akademie-rs.de/publikationen/hp56_koehler.htm (plus accessible en 2006)



19a Contrebandiers assassinent juifs pendant la fuite et les dérobent

p.e. fuite des juifs par les Pyrénées. Plus tard pendant la guerre les rabatteurs dérobent les juifs et les meurtres; Dans: Ludger Tewes: Frankreich in der Besetzungszeit 1940-1943. Die Sicht deutscher Augenzeugen ["La France pendant l'occupation. La version des témoins allemands]; édition Bouvier, Bonn, 1998, p. 179; Chronologie: "Deutsche Besetzung Frankreichs 1940 - Deutsche Besatzungsmacht in Frankreich 1940-1944"

ou: Des rabatteurs ont dérobé les juifs avant le franchissement de la frontière le long du Lac de Genève; témoignage dans le film:  "Nazigold und Judengold" ["L'or des nazis et l'or des juifs]; télévision suisse SF DRS, 3-7-1997


19b Des juifs payent pour la fuite, les contrebandiers rendent les juifs à la police et les contrebandiers font un profit double

p.e.: Des rabatteurs français le long du lac de Genève accueillent des juifs avant le franchissement de la frontière en Suisse et les dénoncent à la police; témoignage dans le film:  "Nazigold und Judengold" ["L'or des nazis et l'or des juifs]; télévision suisse SF DRS, 3-7-1997


20. Juifs sans nationalité

Exemple: Dès la moitié de 1942 les autorités de l'occupation allemande en France cherche des juifs apatrides avec l'aide des autorités françaises et avec la police française; Dans: Ludger Tewes: Frankreich in der Besetzungszeit 1940-1943. Die Sicht deutscher Augenzeugen ["La France pendant l'occupation. La version des témoins allemands]; édition Bouvier, Bonn, 1998, p. 89; Chronologie: "Deutsche Besetzung Frankreichs 1940 - Deutsche Besatzungsmacht in Frankreich 1940-1944"


21. Fuite 1940-1942 de la Suisse par la France, Espagne / Portugal aux "États Unies"

Ziegler:
Jean Ziegler, portrait    Livre de Jean Ziegler: La Suisse, l'or et les
                    morts (orig.: Die Schweiz, das Gold und die Toten),
                    couverture de livre.
Livre de Jean Ziegler: La Suisse, l'or et les morts (orig.: Die Schweiz, das Gold und die Toten), couverture de livre.

Exemple: Le chemin de fer libre entre Genève et Port Bou réalise une émigration es juifs de la Suisse d'un fourgon plombé par semaine entre la moitié de 1940 et la fin de 1942. Le fourgon va à Lisbonne et comme ça les juifs réalisent la fuite; Dans: Jean Ziegler: "La Suisse, l'or et les morts"
; édition Bertelsmann 1997, édition allemande p.69; Chronologie: "Die Bankgeheimnis-Schweiz für das 1000-jährige Reich" sur le ch-index.


22. Déportations de Staline de la Pologne au Sibérie

Exemple d'une famille de la Pologne de l'est qui était déportée avec autres familles à la Sibérie: Zygmunt Frankel: "Siberian Diary" [frz.: Journal intime sibérien]: http://www.zygmuntfrankel.com/zf5.html

Zygmunt Frankel: Siberian
                          Diary, Webseitentitel    Zygmunt Frankel, retrato


23. Exemple des déportations de Staline de la Pologne de l'est et de la Biélorussie en cour de la "soviétisation" (1940 - 1941)

Tec:
Nechama Tec:
              Livre: Résistance armée (Bewaffneter Widerstand),
              couverture de livre   Nechama Tec,
              Portrait
Nechama Tec: Livre: Résistance armée (Bewaffneter Widerstand), couverture de livre

Staline laisse politiquement éliminer la classe dirigeante et autres classes dirigeantes par déportations à la Sibérie. De la Pologne de l'est / la Biélorussie de l'ouest ça sont

tout ensemble 1,5 mio. d'hommes, et la partition est estimée
50 % polonais, ce sont 750.000
30 % biélorusses, ce sont 450.000
20 % juifs, ce sont 300.000, la plupart des sionistes et des représentants juifs dirigeantes (p.32).

Nechama Tec:
"[...] 1,5 millions [...] Selon des estimations cela se traitait de 50 % des polonais, environ 30 % c'étaient des biélorusses et des ukrainiens, et 30 % des juifs [...] La poursuite des juifs par les soviets était exécutée sélectivement mais probablement s'efforçait constamment durant le temps d'occupation. Dès le commencement les russes déclaraient le mouvement sioniste comme organisation politique interdit. Cela résultait des emprisonnement arbitraires des personnalités juifs dirigeantes sans considération si ce traitait effectivement des sionistes ou pas."

orig. allemand:
"[...] 1,5 Millionen [...] Nach Schätzungen handelte es sich dabei zu 50 % um Polen, zu ungefähr 30 % um Weissrussen und Ukrainer und zu 20 % um Juden [...] Die Verfolgung von Juden wurde von den Sowjets zwar selektiver durchgeführt, nahm jedoch während der Besatzungszeit konstant zu. Von Beginn an erklärten die Russen die zionistische Bewegung zur verbotenen politischen Organisation. Diesem Schritt folgten willkürliche Verhaftungen von führenden jüdischen Persönlichkeiten, ohne Rücksicht darauf, ob es sich bei den Betroffenen tatsächlich um Zionisten handelte oder nicht." (S.32)

(de: Nechama Tec: Bewaffneter Widerstand. Jüdische Partisanen im Zweiten Weltkrieg [Résistance armée. Partisans juifs durant la Seconde Guerre Mondiale]. Édition Bleicher, Gerlingen 1996; orig.: "Defiance, the Bielski Partisans". Oxford University Press, Inc., New York 1993)


Autres Dates:

Lustiger:
              Livre rouge. Stalin et les juifs (orig. allemand: Rotbuch.
              Stalin und die Juden), couverture de livre   Arno
              Lustiger, Portrait
Lustiger: Livre rouge. Staline et les juifs (orig. allemand: Rotbuch. Staline und die Juden), couverture de livre

Arno Lustiger: Rotbuch. Staline und die Juden; Édition Aufbau, Berlin,
-- édition reliée 1998, ISBN 3-351-02478-9;
-- édition de livre de poche 2000, ISBN 3-7466-8049-2

1941
Déportation des réfugiés juifs de la Pologne de l'ouest au Sibérie

Selon Arno Lustiger
-- la soviétisation avait l'effet d'une nationalisation totale ce qui provoquait que la commerce juive était détruit et comme ça quelques juif se sauvaient au part NS de la Pologne
-- de la Pologne de l'ouest se réfugiaient 600.000 hommes au Pologne de l'est, parmi eux 350.000 juifs
-- on avait 3 ondes de déportation de déportations de Staline
-- durant la troisième onde de déportation chacun fut pris "qui n'avait pas des documents acceptés de l'administration soviétique" et parmi eux était un grand part des 350.000 réfugiés juifs qui avaient fui de la Pologne de l'ouest à la Pologne de l'est (édition reliée 1998, p.95), parce que ces réfugiés avaient nié à accepter le passeport soviétique (Encyclopaedia Judaica: Holocaust, Rescue from).

Et:
"Avant de fermer la frontière fin de 1939 les réfugiés fuient de cas en cas renvoyé dans la zone allemande. Quand on échangeait des groupes de population (ukrainiens à l'est, allemands à l'ouest) les offices soviétiques acceptaient seulement pures ukrainiens, pas de juifs."

(orig. allemand:
"Bevor Ende 1939 die Grenze abgeriegelt war, wurden Flüchtlinge mitunter in den deutschen Bereich zurückgeschickt. Beim Austausch von Bevölkerungsgruppen (Ukrainer nach Osten, Deutsche nach Westen) akzeptierten die sowjetischen Stellen nur 'reine' Ukrainer, keine Juden." (Lustiger, édition reliée 1998, S.95).

Fin de 1940 jusqu'au juin 1941
États baltes, Bessarabie et Bukovina: Déportations de Staline des 10.000iers comme en Pologne de l'est
Lustiger: Déportation des "dizaines des milliers", des états baltes, parmi eux beaucoup des juifs. On déporte les proches des élites au goulag pour détruire toute résistance potentielle contre le régime soviétique, surtout les couches sociales bourgeois avec beaucoup des juifs. Ces déportations de Staline sont exécutées dans les états baltes (p. 108), au Baltique, au Bessarabie et dans la Bukovina (p.152).


Les déportations de Staline qui affectent seulement pour la Pologne de l'est 300.000 juifs, vont affecter tout ensemble - on peut estimer - plus ou moins 500.000 à 700.000 juifs de 1940 à 1941:
-- des états baltes
-- du Pologne de l'est
-- de la Bukovina
-- de la Bessarabie;

et voir aussi une carte de Martin Gilbert "Flight and Expulsion" du Soviet History Atlas de 1972 p.56:
Carte de Martin Gilbert sur les déportations et des
                mouvements d'exodes en Europe de l'est 1939-1945   Martin
              Gilbert, Portrait
Carte de Martin Gilbert sur les déportations et des mouvements d'exodes en Europe de l'est 1939-1945

Citation de no. 1:
"Après l'occupation soviétique 1939-1940 1.700.000 baltes et polonais étaient déportés à la Sibérie."

(original:
"1,700,000 Baltic peoples and Poles deported to Siberia after the Soviet annexations 1939-1940.")

La carte n'est pas complète:
-- Le chiffre de déportation contient aussi des juifs, on peut estimer au moins 200.000-300.000
-- La Bukovina et la Bessarabie étaient occupés par l'Union Soviétique 1940-1941, et l'on avait aussi là des déportations de Staline pour le no. 1 qui manquent sur la carte (mentionné chez Lustiger, voir en haut).



24. Retraite des Juifs avec l'armée Rouge au centre de la Russie
Seulement pour la Biélorussie on estime 150.000-180.000.
(dans: Gerlach, Christian: "Morts calculés" [orig. allemand: "Kalkulierte Morde"] 1999 p.92 note. 338)].
Christian
              Gerlach: Morts calculés (orig. allemand: Kalkulierte
              Morde), couverture de livre   Christian
              Gerlach, portrait

Si l'on considère le front total (des états Baltes au mer Noire) de laquelle l'armée Rouge était forcée à se retirer - et si l'on va considérer que Martin Gilbert indique in chiffre total de 9 Mio. russes, polonais, ukrainiens et juifs (Soviet History Atlas (1972), p. 56,  un chiffre de 1 mio. de juifs qui se sauvent avec l'armée Rouge au centre de l'Union Soviétique ne semble pas improbable (conclusion Palomino).

Voir aussi: Encyclopaedia Judaica, article "Holocaust, Rescue from",
Encyclopaedia
              Judaica, tomes

et voir aussi une carte de Martin Gilbert "Flight and Expulsion" du Soviet History Atlas de 1972 p.56:
Carte de Martin Gilbert sur les déportations et des
                mouvements d'exodes en Europa de l'est 1939-1945   Martin
              Gilbert, Portrait
Carte de Martin Gilbert sur les déportations et des mouvements d'exodes en Europe de l'est 1939-1945: Selon Martin Gilbert un montant de 9 mio. de gens de russes, polonais, ukrainiens et juifs prennent la fugue au centre de l'Union Soviétique et la plupart retourne en 1946.

Martin Gilbert indique dans son livre "La solution finale" (édition allemande "Die Endlösung", p. 242) concernant la Grande fuite avant Barbarossa: A coté de 300.000 survivants dans des camps de concentration survivaient encore presque 1,5 mio. autres juifs européens.

(orig.:
"Neben den 300.000 Überlebenden der Konzentrationslager überlebten noch fast weitere anderthalb Millionen europäische Juden."

Calcul de projection sans exigence de justesse:

Alors l'estimation que 1 mio. de juifs se sauvaient au centre de l'Union Soviétique ne semble pas trop. C'étaient surtout des ouvriers qualifiés qui n'étaient pas pris dans l'armée Rouge. Mais aussi beaucoup avaient été pris dans l'armée Rouge.

Littérature ultérieure concernant la Grande fuite avant Barbarossa (indications de Hans Gerlach)

-- Mordechai Altshuler: Escape and Evacuation of Soviet Jews at the Time of the Nazi Invasion: Policies and Realities; In: Lucjan Dobroszycki / Jeffrey S. Gurock (ed.): The Holocaust in the Soviet Union; Armonk and London 1993, p.77-104

[Mordechai Altshuler: Fuite et évacuation des juifs soviétiques durant le temps de l'invasion nazi: Politique et réalité; Dans: Lucjan Dobroszycki / Jeffrey S. Gurock (ed.): Le holocauste dans l'Union soviétique; Armonk et London 1993, p.77-104]

-- Dov Levin: The Fateful Decision: The Flight of the Jews into the Soviet Interior in the Summer of 1941; Yad Vashem Studies 20, 1990, S.115-142

[Dov Levin: La décision fatale: La fuite des juifs au centre soviétique en été 1941; études Yad Vashem 20, 1990, p.115-142]



25. L'église ouvre les livres de mariage à l'état NS pour émettre des "cartes d'identité Aryen" - et pour la persécution des juifs avec des conjoints crétiens

Joachim Kahl:
              Livre: La misère du christianisme (orig. allemand: Das
              Elend des Christentums), couverture de livre de l'édition
              de 1976   Joachim Kahl,
              portrait
Joachim Kahl: Livre: La misère du christianisme (orig. allemand: Das Elend des Christentums), couverture de livre

L'église ouvre les livres d'église avec les mariages et comme ça on peut donner des papiers d'aryen, mais on dit aussi au le régime de Hitler qui n'est pas un "Aryen" et comme ça on peut faire la définition de 1/2, 1/4, 1/8 et 1/16 juifs et les poursuivre.
(Voir: Joachim Kahl: Das Elend des Christentums oder Plädoyer für eine Humanität ohne Gott. Reinbek 1968. ISBN 3-499-11093-8; S.51)

On a des chiffres plus précis sur les "non Aryens", demi juifs, quart juifs, 3/4 juifs, p.e. par Yehuda Bauer:

-- Yehuda Bauer: My Brother's Keeper: A History of the American Joint Distribution Committee. Philadelphia 1974, ISBN  0-8276-0048-8
Yehuda Bauer, livre "My Brother's Keeper.
                History of the American Jewish Joint Distribution
                Committee 1929-1939", couverture de livre 01   Yehuda Bauer,
              Buch "My Brother's Keeper. History of the American
              Jewish Joint Distribution Committee 1929-1939, Buchdeckel
              02  Yehuda Bauer,
              portrait 
Yehuda Bauer, livre "My Brother's Keeper. History of the American Jewish Joint Distribution Committee 1929-1939", couverture de livre

1/4-, 1/2- et 3/4 juifs en Allemagne ("Vieux Reich") en 1935:

Yehuda Bauer, livre "My Brother's
                        Keeper. History of the American Jewish Joint
                        Distribution Committee 1929-1939", page
                        114: 499.682 juifs et en plus 292.000 demi,
                        quart et 3/4 juifs sont 760.000 gens poursuivis
                        comme juifs en 1935.
Yehuda Bauer, livre "My Brother's Keeper. History of the American Jewish Joint Distribution Committee 1929-1939", page 114: 499.682 juifs et en plus 292.000 demi, quart et 3/4 juifs sont 760.000 gens poursuivis comme juifs en 1935.

Par les lois de Nuremberg de 1935 le chiffre des poursuivis en Allemagne augmente de 499.682 à 760.000 qui sont poursuivis comme juifs (52 % en plus). Les ainsi nommés "non Aryens" consistent en 80.000 quart juifs (un de quatre grands-parents juifs), 210.000 demi juifs (deux de quatre grands-parents juifs) et 2000 sont 3/4 juifs (trois de quatre grands-parents juifs) (p.114).

(original:
<The total number of Jews in Germany in 1933 was officially listed as 499,682. However, this included only people who had declared themselves as Jews by religion. Additional tens of thousands of people were Jewish by Nazi definition.

There were 50,000 individuals who were sons and daughters of Jewish parents but did not belong to the Jewish community living in Germany at that time, an estimated 35,000 of whom were partners in mixed marriages.

So-called three-quarter Jews (that is, people who had only one non-Jewish grandparent but did not belong to the Jewish community) numbered about 2,000.

Half Jews (that is, people who had two non-Jewish grandparents) were estimated at 210,000 people,

and quarter Jews were estimated at 80,000 individuals.

This meant that what the Nazis considered to be the non-Aryan population of Germany - that is, Jews, three-quarter Jews, and half Jews - numbered together about 760,000 people.>) (p.114)
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
Yehuda Bauer, livre "My Brother's
                        Keeper. History of the American Jewish Joint
                        Distribution Committee 1929-1939", page
                        179: 185.246 juifs en Autriche en mars 1938
1/4-, 1/2- et 3/4 juifs en Autriche ("mark de l'est") en 1938:
Après l'invasion allemande en Autriche en printemps 1938 on a 185.246 juifs (p.179) et en plus au moins 150.000 personnes qui sont contés comme "non Aryens" (quart juifs, demi juifs et 3/4 juifs) qui sont poursuivis en Autriche comme juifs. Comme ça le nombre augmente de 185.246 à au moins 335.246 personnes (81 % en plus).

(original:
<In March 1938 Hitler conquered Austria by a Blumenkrieg, that is, the only things that were thrown at the German soldiers upon their entry into Austria were flowers. Austrian Jews, 185,246 of them, and an unknown number of persons considered Jewish by Nazi criteria found themselves trapped.>) (p.179)

-- Yehuda Bauer, livre "My Brother's Keeper. History of the American Jewish Joint Distribution Committee 1929-1939", page 179: 185.246 juifs en Autriche en mars 1938
Yehuda Bauer, livre "My Brother's
                        Keeper. History of the American Jewish Joint
                        Distribution Committee 1929-1939", page
                        228: Au moins 150.000 juifs en plus
<converted Jews or descendants of Jews who fell under the definition of a Jew by Nazi standards. There were at least 150,000 of these in Austria.>) (p.228)

-- Yehuda Bauer, livre "My Brother's Keeper. History of the American Jewish Joint Distribution Committee 1929-1939", page 228: Au moins 150.000 juifs en plus

Si l'on employait les lois de Nuremberg aussi dans des autres pays NS reste à enquêter.

Dans les pays NS après 1941 comme Biélorussie et Ukraine une persécution des demi juifs, quart juifs et 3/4 juifs n'était pas possible parce que les églises étaient détruites depuis 1921, et parce que l'armée Rouge avait emmené toutes les documents durant la "Grande fuite avant Barbarossa" au centre de la Russie. Dans les états Baltes pourraient eu existé encore des documents de l'église parce qu'on avait là seulement une courte occupation communiste (information téléphonique de Bernhard Chiari du  26.9.2007).


26. Dénonciation des juifs dans les régions occupées NS en Europe de l'est 1941-1944

Bernhard
              Chiari: Livre: Alltag hinter der Front (Cotidien derrière
              le front), couverture de livre
Bernhard Chiari: Livre: Alltag hinter der Front (Quotidien derrière le front), couverture de livre

L'église en Europe de l'est qui était détruise sous le régime Communiste (soviétisation) attendait l'invasion des armées de Hitler contre le communisme et contre les juifs et puis prêchait pour la victoire de Hitler.

(voir pour la Biélorussie: Bernhard Chiari: Jour ordinaire derrière le front [orig. allemand: Alltag hinter der Front. Besatzung, Kollaboration und Widerstand in Weissrussland 1941-1944]. Édition Droste Düsseldorf, 1998, p.104-105).

Mais on n'avait pas de dénonciations selon des documents de l'église en Biélorussie.

Selon une information directe de Bernhard Chiari au téléphone (26me septembre 2007) on avait dans la Biélorussie plus la dénonciation orale pour constater qui était juif, et on n'avait pas de dénonciation par des documents de l'église. Premièrement: Les églises des états communistes étaient détruises et les mariages étaient seulement effectués par l'état. Deuxièmement: L'armée rouge emmenait toutes les livres d'administration pendant la retraite en avril jusqu'au juin 1941. Troisièmement: Là ou la retraite était trop lente - ou là ou l'invasion NS était trop rapide, les livres d'administration étaient détruits par bombardement.

Les états Baltes n'avaient pas une longue occupation communiste comme la Biélorussie et comme ça il peut être que là les structures de l'église n'étaient pas détruites. Et dans l'Ukraine l'armée rouge avait 10 jours de temps en plus pour la retraite parce que l'invasion NS au sud commençait 10 jours plus tard que au milieu et au nord.

Comme ça l'administration NS - surtout dans la campagne - n'avait pas des livres d'administration et comme ça les juifs étaient dénoncés oralement - surement en Biélorussie et dans l'Ukraine, selon les critères
-- quelles langages on parle
-- de quelle forme est le nez et les oreilles
-- constitution et mouvement en marchant
etc.

Comme ça on peut admettre: Un grand part des juifs qui avaient resté était exécuté dans trois ondes d'exécution 1941-1942. Quand on avait des dettes à un juif ça suffisait à lui dénoncer et l'on n'avait plus des dettes. Et pour chaque dénonciation on recevait une récompense par l'administration NS. Par contre les 1/2-, 1/4-, 1/8- ou 1/16 juifs sans poursuite par documents avaient meilleurement l'occasion à se cacher et n'étaient guère concernés.

-- Juillet 1941 (p.245, 246 et autres)
-- Septembre-Novembre 1941 (p.237, 238, 248, 250, 257 et autres)
-- mars-août 1942 (p.240, 247, 248, 253, 257, 266, 267 et autres)


27. Ondes d'exécution en masse

Un grand part des juifs qui avaient restés (juifs pas organisés, pauvres, juifs qui ne voulaient pas quitter leurs parents etc.) étaient exécutés par trois ondes d'exécution 1941-1942.

La persécution des juifs en Europe de l'est nazi avait lieu par étapes par des ondes d'exécution divers et des "grandes actions", selon les lieus aux dates divers.

Á la fin on avait concentré les peux juifs restantes dans un bâtiment d'administration comme prison de nuit etc.


28. Mort en masse dans le ghetto polonais: Préparation du mort en masse par vieux l'antisémitisme polonais avant 1939

-- Y.Bauer: My Brother's Keeper: A History of the American Joint Distribution Committee. [Le  gardien de mon père: Une histoire du American Joint Distribution Committee]. Philadelphia 1974, chapitre 3, 4, 5 et 6 et aussi la "Conclusion" (p.303):
Yehuda Bauer, livre "My Brother's Keeper.
                  History of the American Jewish Joint Distribution
                  Committee 1929-1939", couverture de livre 01   Yehuda Bauer, Buch "My
                Brother's Keeper. History of the American Jewish Joint
                Distribution Committee 1929-1939, Buchdeckel 02  Yehuda
                Bauer, portrait 
Yehuda Bauer, livre "My Brother's Keeper. History of the American Jewish Joint Distribution Committee 1929-1939", couverture de livre

Le mort en masse dans les ghettos en Pologne 1939-1942 était provoqué aussi par l'antisémitisme du gouvernement polonais avant 1939. La population juive dans la Pologne antisémite était partiellement très mal-nourrie déjà avant 1939 et déjà en 1936 50 % des juifs polonais vivaient comme des squelettes vivantes.

Yehuda Bauer, Buch "My Brother's
                          Keeper. History of the American Jewish Joint
                          Distribution Committee 1929-1939", Seite
                          189
Yehuda Bauer, Buch "My Brother's Keeper. History of the American Jewish Joint Distribution Committee 1929-1939", Seite 189
Yehuda Bauer:

< La destruction de la vie économique juive avait des conséquences graves sociales et médicinales. Sholem Asch, l'écrivain juif fameux, indiçait que "les gens donnaient l'impression comme ils vont être enterrés vivement. Chaque seconde personne était mal-nourri, squelettes avec peau et os, estropié, candidats pour la tombe".

(Note finale 33: "Le pleureur à la fête matrimoniale" (orig.: "The Mourner at the Marriage Fete"), octobre 1936; Dans: WAC, Box 366 (c)

On devrait rappeler que ça était écrit trois années avant le commencement de la Seconde Guerre Mondiale [en Europe].> (p.189)

(originale:
<The deterioration of Jewish economic life led to serious social and medical consequences. Sholem Asch, the famous Jewish writer, claimed that "people made the impression as if they were buried alive. Every second person was undernourished, skeletons of skin and bones, crippled, candidates for the grave".

(End note 33: "The Mourner at the Marriage Fete", October 1936; In: WAC, Box 366 (c)

It should be remembered that this was written three years before World War II [in Europe] began.>) (p.189)
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Conclusion Palomino:
La malnutrition des juifs polonais par des années avant septembre 1939 était une des causes principales que puis 1939-1941 les juifs polonais dans les ghettos sous le régime NS recevaient en masses des maladies contagieuses. Ils n'avaient pas des réserves et des forces de défense. Par conséquence ils mouraient en masses. C'est drôle que jusqu'à aujourd'hui l'antisémitisme polonais et ses effets sont plus ou moins un tabou dans les média.


29. Fuite par la Manche en Angleterre

Yehuda Bauer, Buch "My Brother's Keeper.
                History of the American Jewish Joint Distribution
                Committee 1929-1939", Seite 271   Yehuda Bauer, Buch "My Brother's Keeper.
                History of the American Jewish Joint Distribution
                Committee 1929-1939", Seite 331
dans: Yehuda Bauer, livre: "My Brother's Keeper. History of the American Jewish Joint Distribution Committee 1929-1939", page 271 et note à la fin page 331

Texte (Français):
<Durant les derniers mois avant le commencement de la guerre on avait une petite immigration même en Angleterre. C'est symptomatique qu'on avait des rapports sur des marins britanniques qui exécutaient des immigrations comme ça, et les juges britanniques penchaient au renseignement ne pas déporter des immigrants pareils.(p.271)

Note à la fin 131: 31-Germany, refugees, 1939-42, 2/21/39, Adler à Borchardt> (p.331)

(original:
<During the last months before the outbreak of war, illegal immigration was attempted even into Britain on a small scale. It is symptomatic that British sailors were reported to have facilitated such immigration and that British judges were inclined to recommend that such immigrants not be deported.> (p.271)

End note 131: 31-Germany, refugees, 1939-42, 2/21/39, Adler to Borchardt> (p.331)

Thesis Palomino:
Probablement c'est comme ça que la fuite par la Manche restait ouverte aussi 1940-1945 parce que dès 1941 la guerre se concentrait vers le front de l'est et les forces aériennes anglaises et "américaines" dominaient totalement l'espace aérien de la Manche.


30. Non Aryens: Demi juifs, quart  juifs et 3/4 juifs

-- Yehuda Bauer: My Brother's Keeper: A History of the American Joint Distribution Committee. Philadelphia 1974, ISBN  0-8276-0048-8, p. 189
Yehuda Bauer, livre "My Brother's Keeper.
                History of the American Jewish Joint Distribution
                Committee 1929-1939", couverture de livre 01   Yehuda Bauer,
              Buch "My Brother's Keeper. History of the American
              Jewish Joint Distribution Committee 1929-1939, Buchdeckel
              02  Yehuda Bauer,
              Portrait 
Yehuda Bauer, livre "My Brother's Keeper. History of the American Jewish Joint Distribution Committee 1929-1939", couverture du livre

Depuis 1935 le nombre des juifs persécutés en Allemagne (Vieux Reich) augmente de 499.682 à 760.000 parce que 260.000 personnes sont registrées comme non-Aryens comme demi juif, quart juif ou 3/4 juif selon les lois de Nuremberg (p. 114).
Texte original (en anglais)

En Autriche dès avril 1938 au moins 150.000 personnes sont exposées à la persécution des juifs comme non-Aryens comme demi juif, quart juif ou 3/4 juif selon les lois de Nuremberg (p.228).
Texte original (en anglais)




31. Chiffres concernant la persécution des juifs: Apprendre à calculer

1937
Nombre des juifs dans le monde 1937: 16 millions.

original:
"By 1937 the dispersion of the 16 million Jews in the world"
(de: History; Dans: Encyclopaedia Judaica 1971, vol. 8, col. 733, ici)

Traduction:
"En 1937 on avait une dispersion de 16 millions de Juifs dans le monde."

1945
Plus ou moins 50% des Juifs habitent au continent "américain".

original:
"After the Holocaust about 50% of the Jews were living on the American continent."
(de : History; Dans: Encyclopaedia Judaica 1971, vol. 8, col 733, ici)

Traduction:
"Après le Holocaust plus ou moins 50 % des Juifs vivaient au continent américain."

1970
Nombre des juifs dans le monde 1970: 14 millions.

(original:
"Among approximately 14 million Jews in the world in 1970" [...] Western Europe in 1970 numbered more than one million Jews, of whom about half a million were living in France and about 450,000 in Great Britain. The Soviet Union numbered approximately three million Jews;)
(de: History; Dans: Encyclopaedia Judaica 1971, vol. 8, col. 733, ici)

Traduction:
"En 1970 on avait plus ou moins 14 mio. de Juifs [...] Dans l'Europe de l'ouest on avait plus d'un million de juifs, plus ou moins un demi million vivait en France, et plus ou moins 450.000 vivaient au Grande Britanie. Dans l'Union Soviétique vivaient plus ou moins trois millions de Juifs."


32. Granulat de cyclon B a un effet seulement dès 27°C - et d'autres facteurs pour d'autres sortes de mort

dans: Jean-Claude Pressac: "Les crématoires d'Auschwitz" 1997

Cela n'importe pas si l'on emploie 1 kg ou 100 kg de granulat de cyclon B, l'effet commence seulement dès 27°C (27 degrés).
(indication d'un ex officier suisse juif pendant une conversation avec l'auteur)

Le granulat a des grains rustres avec une surface irrégulière de sorte que les grains du granulat peuvent se bloquer rapidement dans des inflexions des tubes et peuvent bloquer le tube. La probabilité que le granulat de cyclon B était mis par des conduites d'eau minces dans des pommeaux de douche n'est pas très probable.
(indication d'un ex officier suisse juif pendant une conversation avec l'auteur)

Les rapports disent que le granulat avait tombé par les pommeaux de douche dans la salle de douche ce qui n'est pas possible parce que les grains du granulat ne peuvent pas passer les petits trous des pommeaux de douche.

Pour un gazage on a besoin d'un local imperméable à gaz de manière que le gaz ne puisse pas s'échapper. Des salles des morts ou des salles des douches ne semblent pas été imperméable à gaz, et on a pas d'indication que les salles étaient construits imperméables à gaz.

On a des rapports que le mort à gaz des prisonniers par le granulat de cyclon B avait été exécuté dans des caves froides demi sous-terrains ou l'on a guère de 27°C aussi en été. Comme ça l'application du granulat de cyclon B pour le mort en masse devient moins probable en plus. C'étaient des anciennes salles des morts qui étaient délibérément construit de manière qu'il ne faisait jamais chaud là-dedans.

Concernant des films d'Auschwitz des années 1970 le part principal des morts en masses en Auschwitz avait été exécuté pendant l'hiver polonais 1944 / 1945 ou une température de 27 °C est encore moins probable. Pendant l'hiver polonais on peut admettre une température moyenne de 10 °C au-dessous de zéro. Le granulat de cyclon B n'a pas d'effet.

En somme il manque la simulation du scénario avec des animaux avec la thermométrie.

Pour ça toutes autres sortes de mort sont sûres et prouvées qui aussi résultent en 4,5-6 mio. ou même plus que 6 mio. de morts. Le mort en masse par le travail forcé au territoire du Troisième Reich est bien plus probable et indépendant des températures quand on considère les constructions des tunnels. Cela correspondrait aussi au logique de l'efficacité mortelle du Troisième Reich et est prouvé par des documents. Il reste inclair pourquoi les accès des camps n'avaient jamais été bombardé parce que aussi les sortes de morts prouvés étaient encore assez horrible dans les camps: fusillage en masse, mort par froid, mort par inanition, épidémies. Et aussi avec ces sortes de morts Auschwitz reste un centre de la persécution des juifs et de la persécution des juifs. En plus on doit considérer une quote-part de mort plus haute dans l'Armée rouge et touts les autres facteurs du tableau.

Les avocats générales, les femmes avocats générales, et les juges et les femmes juges sont tout ensemble trop incroyants, trop paresseux ou trop surchargés pour se mettre au courant de la nouvelle littérature de la persécution des juifs. Formation continue n'est pas payé de l'état non plus. Les hommes de la justice insistent sur le granulat de cyclon B comme moyen de mort central dans la persécution des juifs parce qu'ils ne peuvent pas s'imaginer  que le mort en masse avait été possible aussi autrement. Comme ça les hommes de la justice défendent leurs livres d'histoire de ses professeurs d'histoire. Et l'on a aussi un grand pression de groupe dans la justice. La censure est absolue. La justice simplement refuse toutes les preuves pour les autres sortes de morts. Tant que le salaire n'est pas réduit la justice ne se sent pas stimulé pour changer quelque chose concernant cette pratique judiciaire têtue.

Comme ça beaucoup des gens sont persécutés pour granulat de cyclon B bien que ça ne soit pas nécessaire.

(Conclusion par Palomino par persécution politique)



33. Des enfants juifs pas nés à cause de la mort des parents futurs ou à cause de l'infertilité des femmes juives survivantes

Indication des connaissances de l'auteur.

Quand on vive au minimum par des années les corps changent le fonctionnement et les femmes n'ont plus sa menstruation. Pendant des années ça peut provoquer des dommages corporels pour toujours, et comme ça beaucoup des femmes juives n'étaient plus capable à donner la vie à un enfant après la guerre.
é
Comme chaque année le nombre des enfants pas nés augmente on ne peut pas faire des estimations.

Calcul de projection sans exigence de justesse:

Quand on estime seulement 500.000 filles et femmes juifs qui ont mourut comme enfant resp. comme femme fertile ou avaient devenu infertile qui auraient reçu 5 enfants juifs, de lesquelles statistiquement 2,5 filles, de lesquelles 2 auraient reçu de nouveau 5 enfants, on a des chiffres comme ça: 1.000.000 fois 5, fait 5.000.000 d'enfants juifs auxquelles le judaïsme était réduit pendant deux générations après 1945.


34. Des enfants juifs pas nés dès 1945 parce que les filles qui ne sont plus rendus des familles chrétiennes ne donnent plus naissance aux enfants juives

Pendant la persécution des juifs beaucoup de familles juifs donnaients leurs enfants aux familles chrétiennes pour que les enfants ne subissent pas la persécution des juifs. Comme ça les enfants recevaient und éducation chrétienne et souvent n'étaient par rendus après 1945 parce que les parents avaient mourus ou émigrés. Dans les cas les derniers ou similaires intermédiait le Croix Rouge. Les organisations juifs appelaient souvent en vain pour rendre les enfants. Les enfants - qui souvent portaient des noms chrétiens maintenant - grandissaient christianisés maintenant et comme parents elles recevaient des enfants chrétiens au lieu de juifs.

Comme avec chaque année le nombre des enfants juifs qui n'était pas né subit on ne peut pas faire une estimation ici non plus. On pourrait demander le nombre des enfants pas rendu chez les organisations juives.

Calcul de projection sans exigence de justesse:

Quand on estime 50.000 filles juifs qui ainsi étaient christianisées, et chaque fille aurait reçu 5 enfants juifs, de lesquelles statistiquement 2,5 filles, de lesquelles 2 auraient reçu de nouveau 5 enfants, on a des chiffres comme ça: 100.000 fois 5, fait 500.000 d'enfants juifs auxquelles le judaïsme était réduit pendant deux générations après 1945.


35. Mouvement d'émigration de l'Europe nazi de 1933 à 1939

Hitler organisait une pression énorme contre les paroisses juifs et ainsi on avait une émigration de la moitié des juifs du Troixième Reich de l'Allemagne entre 1933 et 1939. Un grand part émigrait aux états d'outre-mer ("EUA", Paléstine, Caribie, Amérique du Sud etc.). Le lexique juif Encyclopaedia Judaica tome 7 colonne 491 indique généralement les dates suivantes:

[Table d'émigration des juifs pour 1933-1939: chiffres d'émigrations des juifs de l'Allemagne Nazi]
Français: Émigration des juifs de l'Allemagne entre avril 1933 et may 19391, inclusivement les territoires occupés par l'Allemagne jusq'au mai 19391 [[avec Autriche et Tchèquie]]
1chiffres éstimées

(orig. English: Emigration of Jews from Germany in the Period April 1933 to May 19391, including Areas occupied by Germany by May 19391 [[with Austria]]
1Estimated figures)
Pays d'acceuil (Country of Reception)
No. des immigrants allemands [[juifs]]
(No. of German [[Jewish]] immigrants)
EUA (U.S.A.)
63,000xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
Palestine (Palestine)
55,000xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
Grande Britannie (Great Britain)
40,000xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
France
30,000xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
Argentine (Argentina)
25,000xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
Brésil (Brazil)
13,000xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
Afrique du Sud (South Africa)
5,500xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
Italie (Italy)
5,000xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
autres pays européens (other European countries)
25,000xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
autres pays de l'Amérique du Sud (other South American countries)
20,000xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
pays de l'Extrême-Orient (Far Eastern countries)
15,000xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
autres (other)
8,000xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx


Total
304,500xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
de: Germany; In: Encyclopaedia Judaica (1971), tome 7, col. 491

La feuille originale de l'Encyclopaedia Judaica avec la table on peut lire ici:
http://www.geschichteinchronologie.ch/eu/D/EncJud_juden-in-D-d/EncJud_Germany-band7-kolonne491-492.gif

Le texte de l'Encyclopaedia Judaica avec la description de l'organisation de l'émigration par des congregations juives, par l'accord Ha'avara (accord haavara) et la table de l'émigration sont présenté ici:
http://www.geschichteinchronologie.ch/eu/D/EndJud_juden-in-Deutschland-05-3R-1933-1939-ENGL.html

L'accord Ha'avara (accord Haavara) de l'août 1933 est décrit specialement ici en détail:
http://www.geschichteinchronologie.ch/judentum-aktenlage/hol/EncJud_haavara-agreement-1933-ENGL.html

Il existe une autre table de Yehuda Bauer dans son livre du Joint Distribution Committee. Cette table indique l'émigration des territoires du Troixième Reich entre 1939 et 1939 et indique 440.000 juifs qui ont émigré officialement, assistés par le HICEM et par le Joint, voir ici:
http://www.geschichteinchronologie.ch/judentum-aktenlage/hol/joint/Bauer_joint07-schlussfolgerung-440000-ausgewanderte-juden-D.html

Et aussi l'article "Migration" de l'Encyclopaedia Judaica indique clarement une grande onde d'émigration de Europe Nazi:
http://www.geschichteinchronologie.ch/judentum-aktenlage/migration/EncJud_migration03-1915-May-1948-ENGL.html

L'émigration continuait aussi après 1939, avec des dimensions plus petites, mais toujours, et depuis 1944 l'émigration augmentait encore une fois, directement de l'Europe de l'Est par le mer Noir, ou après 1945 par Europe Central aux pays de l'outre-mer. En plus on avait en 1939 un grand mouvement d'exode vers l'est à la zone russe de la Pologne. En 1940 on avait une grande fuite de l'Europe de l'Ouest au sud de la France (France de Pétain) et dans la zone italienne de la France. En 1940 et 1941 on avait des déportations dans les territoires occupés par l'Union Soviétique sous Stalin de 1939 - Stalin laissait déporter touts les ennemies de la classe, avec beaucoup des juifs. Et en 1941 on avait la grande fuite de Barbarossa vers le centre de l'Union Soviétique. Touts ces mouvements d'exode sont absolument niés jusqu'à aujourd'hui (2010) par la justice de l'Allemagne, de la Suisse et en France, pour affirmer toujours encore 6 mio. de juifs assassinés sous Hitler (désaveu de l'émigration).

On a encore plus d'émigrations parce que les tables décrivent seulement l'émigration officielle, mais les émigrés inofficielles ne sont pas encore inclus. En même temps on doit respecter que beaucoup des émigrés seuelement arrivaient dans des pays voisins, France et Benelux, et fuirent déportés depuis de 1940 resp. en France de l'Est et Sud-Est depuis de 1942/1943 sous la loi Nazi. Aussi ces déportés n'existent pas dans les tables. Et en Suisse on avait des cas des juifs qui s'avaient sauvé mais la police des affaires étrangères Suisse a transféré des juifs autre fois en Allemagne. On doit soustraire ces cas des émigrés en Suisse. Peut-être concernant la Suisse ce sont env. 2.000 cas. Des chiffres pécises peuvent présenter les historiens locals suisses.


Des exemples contrêtes de l'émigrations des territoires Nazi 1933-1939

Jusqu'à aujourd'hui la justice en Allemagne, en Suisse et en France nient l'émigrations d'un part des juifs entre 1933 et 1939. Mais on peut trouver beacoup des exemples pour cette émigration dans la litérature. Mais la justice allemande, suisse et française cachent ces faits jusqu'à aujourd'hui d'une manière criminelle. Ainsi la justice refuse la formation permanente. Ici j'ai présenté des exemples pour l'émigration des juifs entres 1933 et 1939, continuant jusqu'au 1941, et recommençant en 1944/1945. Ce sont des exemples de seulement deux tomes de l'Encyclopaedia Judaica, les tomes no. 11 et no.12. Depuis l'année 1948 on a une nouvelle migration des juifs, une migration au Palestine au cours de la grande euphorie d'Israël. On n'aurait pas du tout été capable à constituer létat d'Israël quand on n'aurait pas eu l'émigration massive des juifs depuis l'année 1933. Mais beaucoup des détectives et des juges n'avaient pas une seule page du lexique de l'Encyclopaedia Judaica dans leurs mains parce que ces gens arrogants refusent la formation permanente pensant que la formation permanente ne serait pas nécéssaire, et parce que le salaire est aussi payé sans formation permanente - n'importe pas si le jugement sur la persécution des juifs est juste ou pas. Naturellement cette "manière de travail" est un scandale, et tout ça est bien payé par les contribuables - et ainsi c'est un scandale double...

Émigration de Luxembourg
Par exemple il y a l'article sur Luxembourg:

Durant l'invasion de la Wehrmacht on a une grande fuite des juifs vers la France:

<At the time of the invasion of Luxembourg on May 10, 1940, over 1,000 of the 4,000 Jews in the grand duchy (among them about 1,000 refugees) managed to flee to France.>

(Français: "Durant l'invasion de Luxembourg le 10 may 1940 plus que 1.000 des 4.000 juifs du grand-duché (entre eux aussi env. 1.000 réfugiés) parvenaient à arriver en France.")

Pour la grande majorité des cas cette fuite était une fuite jusq'à la France du Sud sous Pétain. Puis Luxembourg était aryanisé:

<After the German annexation, discriminatory racial laws operating throughout the Reich were extended to the grand duchy (Sept. 5, 1940), and 335 commercial enterprises were handed over to "Aryans".>

(Français: <Après l'annexation allemande on introduisait la loi raciste discriminatoire du Reich aussi dans le grand-duché (5 séptembre 1940), et des 335 sociétés commerciales étaient intitulés aux "Aryens".>)

Puis le régime nazi augmentait la pression contre les juifs restantes en Luxembourg pour provoquer encore plus d'émigration:

"On Sept. 13, 1940 the *Gestapo announced that all the Jews would be deported on the following Day of Atonement if the consistory did not succeed in arranging their emigration prior to that date. Due to the consistory's efforts, particularly through a petition sent to *Himmler, this measure was postponed, but emigration remained the sole road to survival. Between Aug. 8, 1940 and May 26, 1941, when Rabbi Serebrenik was forced to leave in peril of his life, 700 Jews possessing more or less authentic visas fled overseas. In another operation, about 1,000 people were secretly evacuated to France in small groups."

(Français: <Le 13 séptembre 1940 Gestapo annonçait que touts les juifs vont être déportés le Jour de l'Expiation suivant (Yom Kippour) quand n'organisaient pas leur émigration. Par des efforts juifs, surtout par une pétition a *Himmler, cette mesure fut ajournée, mais l'émigration fut la seule solution pour survivre. Entre le 6 août 1940 et le 26 may 1941 - le jour quand rabbin Serebrenik perdait sa vie - c'étaient 700 juifs qui avaient réussi à se sauver vers des pays d'outre-mer avec des visas plus ou moins originaux. Dans une autre opération on evacuait 1.000 personnes clandestinement en petites groupes vers la France.>)

Alors on avait encore des 850 juifs en Luxembourg, et 127 des eux émigraients encore, et à la fin c'étaients des 723 juifs déportés de Luxembourg, et le texte indique que 35 des déportés ont survécu:

"After these rescue operations the consistory became the Aeltestenrat der Juden and administered the remaining 850 Jews. Of these, 127 emigrated in January 1942 and the rest were deported: only 35 of the latter survived."

(Français: <Depuis de cette action de sauvetage le consistoire fut transformé en un conseil des anciens pour administrer les 850 juifs restantes. Des ces juifs émigraient 127 juifs en 1942, et le reste fut déporté. Du groupe dernière survivaient seulement 35.>)
(Encyclopaedia Judaica: Luxembourg, tome 11, colonne 591)

Mais le nombre des survivantes peut être plus haut parce que beaucoup des juifs n'ont plus retourné depuis 1945 mais ont émigré directement de l'Europe de l'Est aux pays d'outre-mer resp. au Palestine par de camps DP. Souvent ces survivants avaient des nouvaux nombres ou fuirent régistrés comme "crétiens". Aussi manque le nombre combiens des juifs luxembourgeois ont été détenues et déportés encore en France après l'occupation de la France du Sud en 1942/1943. Peut-être c'étaient 30% des réfugiés luxembourgeois en France.


Émigration de Lübeck
Dans l'article sur Lübeck on a l'indication des chiffres de la population juive qui expriment clarement le mouvement d'émigration depuis 1933. En 1913 on avait 700 juifs, en 1937 on avait encore 250 juifs, et la déportation à la fin fut avec des 85 juifs. Le texte:

"The Jewish population in the city rose from 522 in 1857 to 700 in 1913, but after the advent of the Nazis declined to 250 in 1937. The last 85 Jews were deported to Riga in 1941-42."

(Français: "La population juive de la ville augmentait entre 1857 et 1913 de 522 à 700, mais depuis l'accession au pouvoir des nazis le nombre se reduisait jusqu'à l'année de 1937 à 350. Les dernières 85 juifs fuirent déportés à Riga en 1941-1942.")

(Encyclopaedia Judaica, tome 11, colonne 556)

C'est étrange que le mot "émigration" ne paraît pas dans l'article, apparemment pour camoufler l'émigration.


Émigration de Lunebourg (Lüneburg)
Dans l'article sur Lunebourg on peut voir le même procès: En 1910 on avait 145 juifs, en 1936 encore 36 juifs, et en 1938 ferme la synagogue, et la déportation consiste à la fin encore de 11 juifs:

"The Jewish population increased slowly from 27 in 1811 to 145 in 1910. Between 1927 and 1930 the large synagogue, consecrated in 1894, was repeatedly desecrated and bombed by local anti-Semites and Nazis. By Oct. 1, 1936, only 36 Jews remained and on Oct. 30, 1938, final services were conducted in the synagogue which was then closed down. During World War II, 11 Jews were deported and lost their lives."

(Français: "La population juive augementait entre 1811 et 1910 de 27 à 145 personnes. Entre 1927 et 1930 la synagogue fut crevassée et bombardée par des antisémites et des nazis établis. Jusqu'au premier octobre de 1936 on avait encore 36 juifs dans la ville, et le 30 octobre 1938 fut le dernier service religieuse dans la synagogue. Durant la Seconde Guerre mondiale 11 juifs fuirent déportés qui perdaient leur vie.")
(Encyclopaedia Judaica, tome 11, colonne 558)

Quand no parle des villes petites on doit considérer que probablement pas toutes les personnes migrés ont émigrés, mais: un part des personnes parties a émigré, un autre part fut déplacé par force dans des grandes villes, et on avait aussi des cas des juifs en prison. Mais c'est sûr que une part a émigré. Aussi la frase que les 11 personnes déportés touts ont perdu sa vie peut être injuste parce que une personne qui ne retourne pas ne doit pas être morte mais il est possible que les personnes n'ont pas rentré mais ont émigré directement après la guerre sans rentrer dans leur patrie, dans de camps DP ou de l'Europe de l'Est directement par le mer Noir aux pays d'outre-mer ou au Palestine, souvent avec des nouveaux noms ou comme "crétiens".


Mayence (Mainz)
Les indications juifs sur la population dans l'Encyclopaedia Judaica pour Mayence confirment aussi que le nombre des juifs s'est réduit drastiquement entre 1933 et 1939, bien qu'on doive constater un afflux du paysage. Cet afflux est partiellement un déplacement de force des villes petites. C'est-à-dire que l'émigration avait des dimensions énormes.
(Encyclopaedia Judaica, tome 11, colonnes 791-792)

Mannheim
Aussi pour Mannheim on a des chiffres de l'Encyclopaedia Judaica qui indiquent que c'est possible à présumer une grande émigration:
1931: 6402 juifs
1933: 6400 juifs
1938: 3000 juifs.
(Encyclopaedia Judaica, tome 11, colonnes 887-888)


Marbourg (Marburg)
En Marbourg le nombre des juifs se réduisait drastiquement entre 1933 et 1939. Les déportations fuirent en 1941 et en 1942, et après l'année 1948 on avait de nouveau une onde d'émigrations, probablement par le nouveau Israël de Herzl. Le texte de l'Encyclopaedia Judaica:

"In 1933 there were about 325 Jews in Marburg. On Nov. 10, 1938, the synagogue was burned down. By May 17, 1939, only 143 Jews remained; ten survived the war, while the rest left or were deported in 1941-1942. About 300 Jews lived in Marburg between 1945 and 1948, but by 1959 only 50 remained."

(Français: "En 1933 on avait 325 juifs en Marbourg. Le 10 de novembre 1938 fut incendié la synagogue. Le 17 de may 1939 on avait encore 143 juifs; 10 survivaient la guerre, le reste restait en ville ou fut déporté en 1941 et 1942. Entre 1945 et 1948 environ des 300 juifs vivaient en Marbourg, mais en 1959 fuirent seulement 50.")
(Encyclopaedia Judaica, tome 11, colonne 941)

Peut-être l'indication de seulement 10 survivants de la guerre n'est pas tout juste parce que quelques survivants peut-être ont émigré après 1945 directement vers des pays en outre-mer ou vers Palestine, passant des camps DP ou de l'Europe de l'Est directement par le mer Noir, souvent avec des nouveaux noms ou comme "crétiens".

Mecklenburg
L'article sur Meckenbourg cache toutes les mouvement d'émigrations entre 1933 et 1945.

Minden (Allemagne de l'Ouest)
Les chiffres sur les juifs de Minden entre 1933 et 1939 suggèrent vraiment une émigration. Mais c'est une ville petite, et ainsi on doit aussi admettre un changement des juifs de la petite cité vers des grandes villes.

1787: 65 juifs
1810: 81 juifs
1840: 193 juifs
1880: 267 juifs
1933: 192 juifs
1939: 107 juifs

Le texte:
"After emancipation, when Minden reverted to Prussia, the small community grew steadily, from 65 in 1787 to 81 in 1810, 193 in 1840, and 267 in 1880. Their numbers later decreased to 192 in 1933 and 107 in 1939, when there were 228 Jews in the district of Minden. During World War II, 179 Jews were deported from the town and district. The Memorbuch of the synagogue from the 17th and 18th centuries has been preserved. The synagogue built in 1867 was destroyed in 1938. After World War II a small community was reconstituted which had 44 members."

(Français: "Après l'émencipation - quand Minden fut prusse - la paroisse juive augmentait toujours. On aveit 65 juifs ens 1787, 81 en 1810, 193 en 1840, et 267 en 1880. Les chiffres suivantes baissaient à 193 en 1933 et à 107 en 1939. Fuirent encore 228 juifs dans le district administratif de Minden. Durant la Seconde Guerre mondiale on déportait des 179 juifs de la ville et du district administratif. Le livre de la memoire ("Memorbuch") de la synagogue du 17me et 18me siècle fut sauvé. La synagogue de l'année 1867 fut détruite en 1938. Après la Seconde Guerre mondiale fut installée une petite paroisse de 44 membres.")

(Encyclopaedia Judaica: Minden; tome 12, colonne 4)

Munich (München)
L'article sur Munich présente des chiffres clairs sur la paroisse juive:
1910: 11.000 juifs
1933: 10.000 juifs
1933-1938: émigration de 3574 juifs
1939-1945: déportation de 4500 juifs
1945-1950: 120.000 juifs passent Munich comme réfugiers et personnes déplacés (PD) passant pour racist Israël de Herzl.

Le texte:

"By 1910 20% of Bavarian Jews lived in the capital (11,000). There was also a steady immigration of Jews from Eastern Europe, mainly from Galicia, which lasted up to World War I. [[...]]

In the postwar years of economic and political upheaval, Munich was a hotbed of anti-Semitic activity and the cradle of the *Nazi party; many Jews from Eastern Europe were forced to leave Munich. Sporadic anti-Semitic outbursts characterized the years till the Nazi seizure of power in 1933, when Rheinhold *Heydrich and Heinrich *Himmler took control of the police; the first concentration camp, *Dachau, was erected near Munich. At the time the community numbered 10,000 persons, including an independent Orthodox community, and many cultural, social, and charitable organizations. Munich Jewry was subjected to particularly vicious and continuous acts of desecration, discrimination, terror and *boycotts, but responded with a Jewish cultural and religious revival.

Between 1933 and May 15, 1938, 3,574 Jews left Munich. On July 8, 1938, the main synagogue was torn down on Hitler's express orders. During the Kristallnacht two synagogues were burned down, 1,000 male Jews were arrested and interned in Dachau, and one was murdered. The communal center was completely ransacked.

During the war a total of 4,500 Jews were deported from Munich (3,000 of them to *Theresienstadt); only about 300 returned; 160 managed to outlive the war in Munich.

A new community was founded in 1945 by former concentration camp inmates, refugees, displaced persons, and local Jews. In the following five years about 120,000 Jews, refugees, and displaced persons passed through Munich on their way to Israel. The community increased from 1,800 persons in 1952 to 3,522 in January 1970 (70% of Bavarian Jewry)."

(Français: "Jusqu'à l'année de 1910 20% des juifs bavarois vivaient dans la capitale (11.000). En même temps on avait un afflux constant de l'Europe de l'Est, surtout de la Galicie. Cet afflux durait jusqu'à la Première Guerre mondiale.

Pendant les années après la guerre et durant les difficultés économiques et politiques Munich fut en centre de l'activité antisémite et fut le berceau de la *partie Nazi; beaucoup des juifs de l'Europe de l'Est furent forcés à quitter Munich. Pendant ces années des sursauts spradiques anti-Sémites étaients caracteristique, jusqu'à l'accession au pouvoir des nazis en 1933. Maintenant Rheinhold *Heydrich et Heinrich *Himmler controlaient la police; on ouvrait le premier camp de concentration, *Dachau, fut ouvert chez Munich. En ce temps la paroisse juive fut de 10.000 personnes, inclusivement une paroisse indépendente orthodoxe, et beaucoup des organisations culturelles et sociales de bienfaisance. Le judaïsme de Munich fut le but de l'envie et de la profanation, discrimination, terreur et des *boycotts. Mais on avait aussi une réponse juive culturelle et religieuse.

Entre 1933 et le 15 de may 1938 furent 3574 juifs qui quittaient Munich. Le 8 de juillet 1938 fut Hitler qui ordonnait explécitement la déstruction de la synagogue principale. Durant la Nuit de Cristal furent brûlés deux autres synagogues, 1000 juifs furent détenues en Dachau, et un juif fut assassiné. Le centre de paroisse fut pillé totalement.

Durant la guerre des 4500 juifs furent déportés de Munich (3000 furent déportés à *Theresienstadt); seulement plus ou moins des 300 rentraients; 160 juifs succédaient survivre en Munich.

En 1945 fut installé une autre paroisse, avec des détenues anciens des camps de concentrations, avec des réfugiés, avec des personnes déplacées (Displaced Persons, DPs), et avec des juifs établis. Durant les cinq années suivantes passaient plus ou moins des 120.000 juifs par Munich, réfugiés et des personnes déplacées (Displaced Persons) passant à Israël. La paroisse de Munich augmentait de 1800 personnes en 1952 à 3522 personnes en janvier 1970 (furent 70% des juifs bavarois)."
(Encyclopaedia Judaica: Munich; tome 12, colonne 523)


Münster
Des chiffres présentés de Münster on peut conclure qu'il y avait une grande émigration entre 1933 et 1939:

"During the Nazi era the community was reduced from 558 Jews (0.4% of the population) in 1933 to 308 (0.2%) in 1939. The first deportation from Muenster city and district (to Riga) took place in December 1941 (403 persons); in 1942 the last large-scale transport went eastward, followed by individual deportations in 1943 and 1944. After World War II a new congregation was founded, which included besides Muenster the Jews of Ahaus, Beckum, Borken, Burgsteinfurt, Coesfeld. This new community of Muenster numbered 142 members in 1970."

(Français: "Durant l'époque nazi la paroisse juive se réduisait de 558 juifs en 1933 (0,4% de la population) à 308 en 1939 (0,2% de la population). La première déportation de la ville et du district administratif de Münster (à Riga) fut en décembre 1941 (403 personnes); en 1942 fut le dernier grand transport vers l'est, suivé par transports séparés en 1943 et 1944. Après la Seconde Guerre mondiale fut installé une nouvelle paroisse qui consistait en juifs de Münster, mais aussi de Ahaus, Beckum Borken, Burgsteinfurt et Coesfeld. En 1970 cette nouvelle paroisse de Münster comprenait 142 membres.")
(Encyclopaedia Judaica: Muenster; tome 12, colonne 505)

Niederstetten
Le texte de l'Encyclopaedia Judaica sur Niederstetten indique clarement l'émigration d'un grand part des juifs avant 1942:

"The community numbered 215 in 1854, decreased to 163 in 1900, and to 81 in 1933. In the 20th century Jews were active as wholesale merchants in leather and wine, and as shopkeepers. They also engaged in textile manufacturing and banking. They were active in political and cultural  life of the town, and one Jew was a member of the municipal council during Weimar Republic. In 1933 Jewish merchants were subject to the Nazi *boycott and some leaders of the community were physically assaulted. This resulted in large-scale Jewish emigration.

During the general destruction on Kristallnacht in 1938, the synagogue itself was preserved, but eight Jewishmen were sent to concentration camps. Between 1941 and 1942, 42 Jews were deported to extermination camps, never to return.

In early 1945 the synagogue was destroyed as a result of the war. The ritual objects of the community were saved, however, and turned over to a U.S. army chaplain when the war ended. All that was left in 1970 of a once active community in Niederstetten was the Jewish cemetery."

(Français: "La paroisse tenait 215 membres en 1854. Puis le nombre des membres baissait jusqu'à l'année 1900 à 163, et en 1933 baissait à 81. Pendant le 20me siècle les juifs furent actives comme grossistes des articles de maroquinerie et du vin, et comme gérant, aussi dans l'industrie textile et dans le système bancaire. Furent actives dans la vie politique et culturelle de la ville, et un juif fut membre du parlament de Weimar de la République de Weimar. En 1933 les négociants juifs furents le but du *boykott nazi et certaines membres dirigeants de la paroisse juive furent attaqués corporellement. Ces faits provoqaient une grande émigration juive.

Durant les grandes déstructions pendant la Nuit de Cristal en 1938 la synagogue ne fut pas attaquée, mais huit juifs furent détenus dans un camp de concentration. Entre 1941 et 1942 42 juifs furents déportés dans des camps d'exterminations et ne rentraient pas.

En printemps de 1945 la synagogue fut détruite par des évènements de la guerre. Mais les objets rituels de la paroisse furents sauvés et rendu à l'armée des E.U.A. après la guerre. La seule chose qui restait de la paroisse active en 1970 c'était le cimitière juive.")
(Encyclopaedia Judaica: Niederstetten; tome 12, col. 1150)

C'est bien possible que quelques des 39 juifs émigrés entre 1933 et 1941 ont seulement arrivés en Hollande, et puis furents déportés encore, ou se sauvaient en Suisse mais furent transférés a l'SS. La synagogue fut détruite seulement en 1945 par "des évènements de la guerre" resp. ça veut dire que probablement les "alliés" ont bombardé et détruit la synagogue. Probablement pas touts les déportés ont mouru parce que quelques uns des survivants ont peut-être émigré directement vers les pays d'outre-mer ou vers Palestine, passant des camps des personnes déplacés (Displaced Persons, DPs) ou ont directement émigrés de l'Europe de l'Est vers le mer Noir, souvent avec des nouvaux noms ou comme "crétiens". Ou furents déportés en plus vers l'Union Soviétique. Il paraît que après 1945 Niederstetten on installait plus une grande paroisse juive, ou si l'on installait une paroisse juive cette paroisse fut désentégré dès l'euphorie d'Israël après 1948 parce que les juifs survivants émigraients vers Palestine. On peut observes cette grande migration juive vers la région de guerre du Proche-Orient dès 1948 en tout le monde. Paraît étrange que l'article ne dit rien de cette migration. C'est pourquoi l'on avait plus des juifs à Niederstetten en 1970.


Nordhausen
L'article sur Nordhausen mentionne explicitement l'émigration juive de 1933 à 1939:

"In 1925 the community numbered 438, in 1933 it had 394 members, five cultural and philanthropic organizations, and a religions school. In 1939, under the pressure of Nazi persecution and consequent emigration, the number of Jews declined to 128, and the community came to an end during World War II."

(Français: "En 1925 la paroisse consistait en 438 membres, en 1933 furents 394, cinq organisations culturelles et philantropes, et une école religieuse. Après pression par la persecution nazi et après la émigration le nombre des juifs se réduisait jusqu'à l'année 1939 à 128, et durant la Seconde Guerre Mondiale la paroisse fut liquidé.")
(Encyclopaedia Judaica: Nordhausen, tome 12, colonne 1215)

Aussi pour Nordhausen on doit considérer les connexions pour des petites villes: Probablement pas toutes les personnes qui ont quité la ville ont émigré, mais: une part des gens a émigré, une autre part fut transféré par force en autres villes, et quelques juifs aussi furents en prison. Mais c'est sûr qu'il y avait partialement une émigration. Une petite part des émigrés seulement arrivait dans les pays voisins et fut encore déportée.


Nördlingen
Le texte de l'Encyclopaedia Judaica indique:
1899: 489 juifs
1913: 314 juifs
16-6-1933: 186 juifs
1933-1942: 145 juifs quittent la ville
dès 1942: déportation des juifs restantes: 41

"A community with 25 families was organized in 1870, dedicated a new synagogue in 1885, and formed a hevra kaddisha [[jüdische Bestattungsorganisation]] in 1898. It numbered 489 persons in 1899, and 314 (3.8% of the total) in 1913. By June 16, 1933, only 186 remained; 145 of them left before 1942, when the remnants of the Jewish community were deported. The mayor of the city prevented the destruction of the synagogue in 1938, and in 1952 it was sold to a Protestant group as a community center."

(Français: "En 1870 fut organisé une paroisse avec des 25 familles. En 1885 fut inaugurée la synagogue, et en 1898 fut installé une hevra kaddisha (organisation d'enterrement juive). En 1899 la paroisse consistait en 489 personnes, en 1913 furents 314 (3,8% de la population totale). Jusqu'au 16 juin 1933 restaient 186; de ces 186 quittaient 145 la ville jusqu'à l'année 1942, et les juifs restantes furent déportés. En 1938 le maire de la ville sauvait la synagogue de la déstruction, et en 1952 la synagogue fut vendu à un groupe des protéstants.")
(Encyclopaedia Judaica: Noerdlingen; tome 12, col. 1206)

Alors de Nördlingen même furent déportés des 41 juifs. C'est possible que una part des gens qui avaient quitté la ville pour vivre dans des grandesvilles, aussi partiallement furent déportés quand il ne fut pas possible à organiser l'émigration. La synagogue de Nördlingen ne fut pas détruite.


Nuremberg (Nürnberg)
Les chiffres juifs sur Nuremberg indiquents clarement qu'il y avait une grande onde d'émigration entre 1933 et 1939:
1933: 9000 juifs
1939: 2611 juifs.

Le texte:

"The Jewish population of Nuremberg increased from 11 in 1825, to 219 in 1858, and 3,032 in 1880. It continued to rise from 5,956 in 1900 to 8,603 in 1915, and 9,000 in 1933, making the second largest community in Bavaria. [[...]]

In 1939 only 2,611 Jews remained. A total of 1,601 were deported during the war (Dr. Benno Martin, head of the police, rescued many Jews from death and alleviated the suffering of others); the three main transports were 512 to *Riga on Nov. 29, 1941 (16 survived), 426 to *Izbica on March 25, 1942 (none survived), and 533 to *Theresienstadt on Sept. 10, 1942 (27 survived).

About 65 of the former inhabitants returned after the war and a community was reorganized, which numbered 181 in 1952 and 290 in 1970."

(Français: "La population juive de Nuremberg consistait en 11 membres en 1925, en 1858 furent 219, et en 1880 furents 3032. La paroisse augmentait toujours, et en 1900 furents 5956, et en 1915 furent 8603, et en 1933 furent 9000. Fut la paroisse juive la deuxième plus important de la Bavière. [[...]]

En 1939 restaient encore des 2611. Durant la guerre 1601 furent déportés (Dr. Benno Martin, gérant de la police, sauvait beaucoup des juifs et consolait le chagrain des autres); furent trois transports principals à *Riga le 29 de novembre 1941 avec 512 personnes (16 survivants), à *Izbica le 25 de mars 1942 avec 426 personnes (pas de survivants), et à *Theresienstadt le 10 de séptembre de 1942 avec 533 personnes (27 survivants).

Après la guerre rentraient plus ou moins des 65 anciens habitants et installaient une nouvelle paroisse, en 1952 avec 181 membres, et en 1970 avec 290 membres.")
(Encyclopaedia Judaica: Nuremberg, tome 12, colonne 1279)

Oppenheim
Aussi les chiffres sur Oppenheim sont un indice pour un mouvement d'émigration entre 1933 à 1939:

"The community numbered 20 families in 1807, 257 in 1872, 189 in 1880, and 56 in 1933. Of the 17 Jews who remained during World War II, 16 were deported. In 1970 no Jews lived in Oppenheim."

(Français: "En 1807 la paroisse consistait en 20 familles. En 1872 furent des 257, en 1880 des 189, et en 1933 des 56 membres. Durant la Seconde Guerre mondiale restaient 17 juifs, de lesquelles 16 furent déportés. En 1970 ne vivaient plus des juifs à Oppenheim.")
(Encyclopaedia Judaica: Oppenheim, tome 12, colonne 1418)

C'est bien possible que une part des migrants restaient dans les grandes villes de l'Allemagne, ou que les émigrants arrivaients seulement les pays voisins et furent encore déportés.


Osnabrück
L'article sur Osnabrück indique clarement l'émigration avant 1939:

"The community subsequently grew from 138 in 1871 to 379 in 1880 and 450 in 1925. A large synagogue was consecrated for the community of wealthy merchants in 1906. Anti-semitic movements flourished in Osnabrueck and in 1927 the synagogue and cemetery were desecrated. Between 1933 and 1938 about 350 Jews emigrated; on May 17, 1939, only 119 remained. On *Kristallnacht the synagogue was set on fire and shops and homes were looted. During the Holocaust 102 former citizens of Osnabrueck lost their lives. During the war 400 Jewish Yugoslav officers were placed in a special P.O.W. camp in Osnabrueck. In August 1945 services were renewed in a prayer room. In 1969 a synagogue and community center for the community of 69 persons were consecrated."

(Français: "La paroisse augmentait toujours de 1871 avec des 138 membres à 379 membres en 1880 et à 450 membres en 1925. Dès 1906 la paroisse disposait d'une grande synagogue financié par des marchants riches. En Osnabück fut un mouvement anti-Sémite et en 1927 la synagogue et le cimetière furent profanés. Entre 1933 et 1938 furent plus ou moins 350 juifs qui émigraient; le 17 de mai de 1939 restaient encore 119 juifs. Durant la *Nuit de Cristal fut incendié la synagogue et furent pillés des magasins et des appartements. Durant la persécution des juifs des 102 juifs d'Osnabrück perdaient leur vie. Durant la guerre 400 officiers juif-jugoslaves furent stationnés dans un camp spécial de guerre à Osnabrück. En août 1945 le service rituel juive fut réinstallé dans une pièce rituelle. En 1969 la paroisse consistait en 69 membres et pouvait inaugurer une nouvelle synagogue avec un centre communal.")
(Encyclopaedia Judaica: Osnabrueck; tome 12, colonne 1501)

Peut-être que les indications des morts durant la guerre no sont pas tout juste parce que après 1945 quelques survivants ont émigrés directement vers des pays d'outre-mer ou vers Palestine, passant des camps des personnes déplacés (Displaced Persons, DPs) ou émigrant directement de l'Europe de l'Est passant le mer Noir, souvent avec des nouveaux nombs ou comme "crétiens". C'est aussi possible qu'une part des émigrés seulement arrivait dans des pays voisins et furent déportés encore.


Mouvement d'exode en Angleterre quittant Londres - et des réfugiés juives des territoires nazis

En Angleterre les juifs devaient fuire de Londres vers le paysage pour ne pas être touchés par des bombardements allemands.

Lincoln
L'article concernant la ville de Lincoln dit le suivant:

"A small Jewish community existed again in Lincoln at the beginning of the 19th century. There was a small community of evacuees during World War II."

(Français: "Au commencement du 19me siècle on installait une petite paroisse juive à Lincoln. Durant la Seconde Guerre mondiale s'y ajoutait une petite paroisse des juifs évacués.")
(Encyclopaedia Judaica: Lincoln, tome 11, colonne 257)

Ces "évacués" probablement sont du Londres bombardé.

Nottingham
Le texte indique des réfugiés juives des territoires nazis:

"By 1880 there were about 50 Jewish residents, though a synagogue was not built until 1890. The Nottingham lace-curtain industry was founded by a Jewish immigrant from Germany, Lewis Heymann. By 1939, the community had increased to 180, but World War II brought an influx of of new residents."

(Français: "Jusqu'à l'année 1880 furent 50 habitant juifs, mais l'on avait pas encore construit une synagogue jusqu'à l'année 1890. L'industrie de voilage à Nottingham fut installé par un émigrant juif de l'Allemagne, Lewis Heymann. Jusqu'à l'année 1939 la paroisse augmentait son nombre à des 180 membres, et durant la Seconde Guerre mondiale fut un autre afflux de nouveaux résidents.")
(Encyclopaedia Judaica: Nottingham, tome 12, colonne 1234)

Au total fut un afflux entre 1933 et 1939 déjà, et entre 1940 et 1945 autres réfugiés juifs trouvaient refuge  à Nottingham. Mais Nottingham fut bobardé par la Luftwaffe allemande, et on peut admettre que quelques juifs ont mouru dans des bombardements allemands. Il paraît étrange que les bombardements ne sont pas mentionnés dans l'article.


France

Dans l'article sur Lyon de l'Encyclopaedia Judaica est indiqué que Lyon fut déclaré comme "Ville libre" et fut un centre du zionisme raciste et de la résistance.

Dans l'article sur Limoges de l'Encyclopaedia Judaica est indiqué que Limoges fut un centre des réfugiés juifs de l'Alsace.

Marceau, Marcel
Durant la Seconde Guerre mondiale le bouffon des années ultérieures Marcel Marceau aidait aux enfants juifs arriver en Suisse:

"Marceau worked for the French underground, helping Jewish children to cross the border into Switzerland."

(Français: "Marceau travaillait pour la résistance et aidait aux enfants juifs croiser la frontière de la Suisse.")
(Encyclopaedia Judaica: Marceau, Marcel; tome 11, colonne 941)

La fuite vers le Sud de la France: Montpellier
La grande fuite vers le Sud est aussi mentionnée dans l'article sur Montpellier, mais les émigrations de Montpelier vers les pays d'outre-mer et les déportations éventuelles en 1942 et 1943 manquent dans l'article:

"Holocaust and Contemporary Periods. After the 1940 armistice, Montpellier, which was in the unoccupied zone, became a center for Jewish refugees from the occupied part of France. After the latter was occupied by the Germans, Montpellier became an important relaying station for the Jewish partisans. After the liberation the community was reorganized and by 1960 had 600 members. The arrival of Jews from North Africa increased the number to 2,000 in 1969."

(Français: "Temps de l'holocauste et temps contemporain: Après l'armistice de 1940 Montpellier se trouvait dans la zone non ocupée et fut en centre pour des réfugiés juifs des territoires ocupées français. Après l'occupation de la zone Monpellier fut un relais important pour les partisans juifs. Après la libératinon la paroisse fut réorganisée et en 1960 avait des 600 membres. Après l'arrivée des juifs du nord de l'Afrique le membre augmentait jusqu'à l'année de 1969 à 2000."
(Encyclopaedia Judaica: Montpellier, tome 12, colonne 283)

La fuite vers le Sud de la France quittant Mulhouse
L'article concernant Mulhouse indique clarement une grande fuite vers le Sud de la France durant la Bataille de France:

"Holocaust and Contemporary Period: Under German occupation in World War II the Jews who had not managed to escape were expelled on July 16, 1940, along with the Jews in the rest of Alsace and Moselle. The synagogue which had been partially damaged was saved from total destruction when the edifice was requisitioned by the municipal theater. In 1970 Mulhouse had 1,800 Jewish inhabitants and a well-organized and active Jewish community."

(Français: "Temps de l'holocauste et temps contemporain: Sous l'occupation allemande durant la Seconde Guerre mondiale les juifs qui n'avaient pas réussis à fuire furent expulsés le 16 de juillet - en coordination des juifs de tout l'Alsace et du département de Moselle. La synagogue était partiallement détruite, mais fut sauvé de la déstrution totale. Dans le bâtiment fut installé le théâtre communal. En 1970 Mulhouse tenait 1800 habitants juives, une paroisse juive bien organisée et active."
(Encyclopaedia Judaica: Mulhouse; tome 12, colonne 518)

Malheureusement no a pas des chiffres précises pour voir combiens des juifs ont réussi à fuire vers le Sud de la France sous Pétain, et combiens furent expulsés. Aussi le chiffre des émigrés vers des pays d'outre-mer manque, et aussi un chiffre de déportés après l'occupation de la France de Pétain en 1942/43. Et il manque aussi un chiffre de l'afflux des juifs du nord de l'Afrique pendant les années 1960s à cause des indépendances et à cause de la question de passeport - être Algérien ou Français.


La fuite vers le Sud de la France: Nîmes
Nîmes se trouve dans le Sud de la France, et en 1940 arrivaient quelques familles juives du Nord de la France. Le texte:

"From the close of the 19th century, the community diminished steadily in number. Although 40 families were recorded in 1941, some of these were refugees from the interior of France. In 1970 the community of 1,200 persons, mainly of North African origin, possessed a synagogue and a community center."

(Français: "Dès la fin du 19me ciècle la paroisse se réduisait toujours. Mais en 1941 furent régistré autrement des 40 familles, et quelques unes furent réfugiérs de la France Centrale. En 1970 la paroisse consistait en 1200 personnes, surtout de l'origine nord-africaine. La paroisse disposait d'une synagogue et d'un centre communal.")
(Encyclopaedia Judaica: Nîmes, tome 12, colonne 1165-1166)

Ici manquent quelques indications, surtout des chiffres précises pour les années 1933 et 1940. Le chiffre de 40 familles pour 1941 paraît très petit considérant la Grande Fuite vers le Sud de 1940. Aussi manquent les déportations de 1942/43 dans l'article. En 1945 rentraient quelques juifs et ont réinstallé la paroisse. Dès des années 1960s fut un afflux des juifs du nord de l'Afrique après les indépendances des pays nord-africains parce que beaucoup des juifs voulaient garder le passeport français - et pour ça ont quitté l'Afrique du Nord.

La fuite vers le Sud de la France: Nice
L'article concernant Nice indique clarement qu'on avait beaucoup des réfugiérs juifs après la fuite vers le Sud, et survivaient sous l'occupation italienne, et après l'occupation nazi furent des déportations en 1943 et 1944. En même temps la résistance civile organisait des cachettes ou la fuite. Malheureusement l'article ne présente pas des chiffres précises. Aussi manque l'indication combiens de juifs ont réussi à émigrer vers des pays d'outre-mer. C'est étrange. Le texte:

"During World War II Nice came under Italian occupation which was for less severe than the German. Therefore thousands of Jews took refuge there. For a while the city became an important center for various Jewish organizations, especially after the landing of the Allies in North Africa (November 1942). However, when the Italians signed the armistice with the Allies, German troops invaded the former Italian zone (Sept. 8, 1943) and initiated brutal raids. Brunner, the SS official for Jewish affairs, was placed at the head of units formed to search out Jews. Within five months, 5,000 Jews were caught and deported [[with the help of French Railway SNCF and French Police]]. A great number of others were martyred in Nice itself. The courage displayed by resistance and Jewish youth movements, however, along with the sympathy of the vast majority of the population and clergy, helped save thousands who were either hidden or helped to escape.

After the liberation several hundred Jews, including original inhabitants of Nice and refugees, reestablished the community. With the influx of Jews from North Africa in the 1960s, the Jewish population in Nice and the vicinity increased from 2,000 to 20,000 by 1969."

(Français: "Durant la Seconde Guerre mondiale Nice fut sous l'occupation italienne que n'était pas si grave comme la occupation allemande. C'est pourqui des milliers de juifs arrivaient à Nice comme des réfugiérs. Pendant un certain temps la ville se convertait dans une centre importante pour des divers organisations juives, spécialement après l'arrivée des alliés en Afrique du Nord (November 1942). Mais après l'armistice des italiens avec les alliérs, les troupes allemandes occuppaient la zone ancienne italienne (8 de séptembre de 1943) et maintenant initiaient des rafles dures. Brunner, un employé de l'SS pour des affaires juives, fut la figure chef des groupes qui cherchaient les juifs. En cinq mois furent détenus et déportés 5000 juifs [[avec l'aide des Chemins de Fer de France, SNCF, et avec l'aide de la police française]]. Un grand nombre d'autres juifs fut torturé. Mais le courage de la résistance et des mouvements de jeunnesse juifs collaborait avec la compassion de la grande majorité de la population et du clergé, et ainsi on pouvait aider à des milliers des juifs dans des cachettes, ou l'on aidait pour la fuite.

Après de la libération fut installé une nouvelle paroisse avec quelques centaines de juifs, furent des habitant originaux de Nice et avec des réfugiérs. Pendant les années 1960s on avait un afflux de l'Afrique du Nord et la population juive de nice et de ses environs augmentait de 2000 à 20.000 en 1969.")
(Encyclopaedia Judaica: Nice, tome 12, colonne 1136)


Italie

Réfugiérs juifs en Italie: Milan

L'Encyclopaedia Judaica écrit concernant Milan que la ville était un grand centre des réfugiérs entre 1933 et 1945, et après 1945 il y avait même des juifs qui rentraient d'Israël à Milan:

"In 1900, 2,000 Jews resided there and in 1931, 6,490. [A.MIL.]

Holocaust Period. After Hitler assumed power many refugees arrived from Central and Eastern European countries; this flow continued illegally during the first year of war. [[During the German occupation 1943-1944]] about 800 Jews were deported from Milan during the war. Many were captured and killed by the Germans [[and the right-wing Italian police guards]] in the towers and villages where they had taken refuge. During the autumn of 1943, the Germans carried out an anti-Jewish raid, in the course of which the community synagogue was destroyed.

Contemporary Period. At the end of the war, 4,484 Jews were living in Milan and were joined temporarily by many refugees from camps in Lombardy. A number of Jewish immigrants came to Italy after 1949 from Egypt and, to a lesser degree, from other Arab countries; 4% came from Israel."

(Français: "En 1900, on aveit 2000 juifs, et en 1931, on avait 6490. [A.MIL.]

Temps du holocauste. Après l'accession au pouvoir de Hitler arrivaient beaucoup des réfugiérs à Milan de l'Europe Centrale et de l'Europe de l'Est; cet afflux continuait aussi pendant la première année de la guerre. Plus ou moins des 800 juifs furent [[durant la ocupation allemande entre 1943 et 1945]] déportés de Milan pendant la guerre. Beaucoup furent détenus par les allemands [[et par les gardes policières italiennes droites]], dans des tours et dans des villages, ou l'on les avait cachés. Durant l'automne de 1943 les allemands [[en collaboration avec des gardes italiennes]] exécutaient une rafle anti-juive durant laquelle aussi furent détruites des synagogues des paroisses.

Temps contemporaine: Á la fin de la guerre vivaient 4484 juifs en Milan, et additionellement il y avait beaucoup des réfugiérs provisoires des camps dans la Lombardie. Dès 1949 un nombre des immigrants juifs arrivait l'Italie. C'étaient des juifs de lÉgypte et des parts petites des pays arabes; 4% venaient d'Israël.")
(Encyclopaedia Judaica: Milan; tome 11, colonnes 1545-1546)


Réfugiérs juifs de 1933 à 1945 en Espagne et en Portugal et en "Amérique" du Sud

L'article sur Madrid indique clarement des réfugiérs de l'Europe centrale:

"In the early 1930s there was an addition of refugees from Nazi Germany. During the Spanish Civil War, the community underwent much suffering and most of its members dispersed."

(Français: "Pendant les premières années 1930s arrivaient plus des réfugiérs de l'Allemagne nazi. Durant la guerre civile espagnole la paroisse juive souffrait beaucoup et la plupart des juifs dispersait.")
(Encyclopaedia Judaica, tome 11, colonne 684)


Aussi dans l'article sur Lisbonne il y a clarement l'indication des émigrés juifs, mais le chiffre de 45.000 semble très petite considérant que la guerre durait 5 1/2 années:

"During World War II, about 45,000 refugees from Nazi persecution arrived in Portugal, and passed mainly through Lisbon, on their way to the free world. In Lisbon they were assisted by a relief committee headed by M. Bensabat *Amzalak and A.D. Esagny. The Jews of Lisbon numbered 400 in 1947 and 2,000 in 1970."

(Français: "Durant la Seconde Guerre mondiale arrivaient environs des 45.000 réfugiérs au Portugal par la persécution nazi, principalement passant Lisbonne, passant vers le monde libre. En Lisbonne les réfugiérs furent desservi par un comité de sauvetage sous le chef de M. Bensabat *Amzalak et A.D. Esagny. Les juifs de Lisbonne mêmes furent 400 personnes en 1947 encore, et en 1970 furent 2000.")
(Encyclopaedia Judaica, tome 11, colonne 303)

Et aussi pour Lima on trouve des réfugiérs juifs:

"The next mass influx occurred during World War II."

(Français: "Le prochain afflux en masse eu lieu durant la Seconde Guerre mondiale.")
(Encyclopaedia Judaica, tome 11, colonne 250)


Émigration cachée de l'Angleterre de Londres et de Liverpool à autres pays d'outre mer

En revanche il semble très étrange que dans l'articles sur Liverpool le temps nazi et le temps de la Seconde Guerre mondiale est totalement escamoté. Liverpool fut un des ports principaux pour l'émigration vers les "EUA". Ce fait et absolument caché dans l'Encyclopaedia Judaica.

Et c'est aussi étrange que l'article sur Londres ne mentionne pas beaucoup des bombardements allemandes, mais l'article dit seulement que les juifs se dispersaient un peu plus à la campagne. L'article n'indique pas des chiffres. Mais les victimes juifs de Londres par les bombardements allemends va être un nombre d'au moins trois chiffres.


Déportations de Stalin en 1940 et 1941 - et la Grande Fuite de Barbarossa de 1941 vers l'Union Soviétique centrale

Dans l'Encyclopaedia Judaica on ne trouve pas beaucoup des textes concernant les déportations de Stalin de 1940 et 1941, et l'on ne trouve pas beaucoup de textes concernant la Grande Fuite de Barbarossa de 1941, parque les villes russes n'ont pas beaucoup des articles dans ce lexique. Mai on a par exemple l'article sur Omsk:

"There were 4,389 Jews in the province of Omsk in 1926 and 9,175 Jews in 1959. In 1970 the Jewish population was estimated at about 10,000."

(Français: "Dans la province de Omsk vivaient en 1926 des 4389 juifs, et en 1959 furent des 9175 juifs. En 1970 on estimait une population juive de 10.000.")
(Encyclopaedia Judaica: Omsk (Sibérie); tome 12, colonne 1391

Le fait que le nombre des juifs n'a pas réduit par la guerre mais a augmenté c'est une surprise. Aujourd'hui après la perestroïka on sait exactement ce qui passait dans l'Union Soviétique:
-- après ses nouvelles occupations en 1940 Stalin laissait déporter une part des juifs en 1940 et en 1941 au Sibérie, aussi des juifs qui avaient arrivé de la Pologne de l'Ouest, mais qui voulaient garder leur paseport polonait y furent déportés par iloyalité au état de la'Union Soviétique
-- pendant les mois avant Barbarossa fut organisé un grand mouvement de fuite sous la gérance de l'Armée Rouge, et dans cette action se trouvaiet aussi beaucoup des juifs
-- en même temps beaucoup des juifs ont trouvé leur mor dans l'Arée Rouge
-- en 1942 et en 1943 on avait des déportations clandestines de l'Europe Centrale à la Russie, et en 1945 ces déportations furent cachées et le juge disait que ces juifs furent exterminés sistematiquement par le régime nazi
-- et dès 1948 la Russie installait une politique anti-sémite sistematique contre touts les juifs parce que Israël fut un satéllit des "EUA" et pas de l'Union Soviétique
-- en 1959 on avait un recensement pendent lequel les juifs pouvaient indiquer leur religion, mais beaucoup des juifs n'indiquaient pas son religion de peur des répressions, ça veut dire: le nombre de 9175 est beaucoup trop petit
-- en 1970 on avait un autre recensement, et encore une fois beaucoup des juifs n'indiquait pas leur religion de peur des répressions, et les offices juives seulement pouvaient estimer combiens des juifs vivaient dans la Russie.

Il parait étrange que pas un mot de ces procedures est écrit dans l'article sur Omsk, et comme ça Stalin est présenté comme "vinqueur" et pas comme coupable.


Émigration vers les "EUA" après 1945

Miami
Le journalisme zioniste toujours affirme qu'on avait pas de migrations vers les "EUA" après 1945. Mais controllant les articles, ici sur Miami, ces articles indiquent autres chauses:

1925: 2.000 juifs
1930: 3.500 juifs
1940: 7.500 juifs(Greater Miami), "with the greatest increase in Miami Beach, where a new congregation was established"

(Français: "avec l'augmentation plus grande en Miami Beach ou l'on installait une nouvelle congregation.")

Et dans les années 1960s d'un moment à l'autre on a 60.000 juifs, mais ces 60.000 juifs se referrent seulement à North et South Miami Beach, que tiennes chaqu'un 30.000 juifs. Le centre de Miami et l'aglomération sont mentionnées, mais les nombres manquent. Le texte:

"The trend of younger families during the 1950s and 1960s was to move to North Miami Beach and Southwest Miami, each of which numbered about 30,000 Jewish residents. There were also centers of Jewish population in the city of Miami and the surrounding communities."

(Français: "On avait un mouvement durant les années 1950s et 1960s que des familles jeunes mouvaient du Miami Beach du Nord au Miami Beach du Sud. Les deux tenaient environnement des 30.000 habitants juifs. On avait aussi des centres avec une population juive en Miami Ville et dans l'agglomération.")
(Encyclopaedia Judaica, tome 11, colonne 1477-1480)

Los Angeles
Mais Los Angeles fut absolument "inondé" des juifs après 1945, mais l'article ne dit pas exactement qu'il y avait aussi des réfugiés:

"At the end of World War II 150,000 Jews lived in Greater Los Angeles, an increase of 20,000 since the war began. The major growth of the Jewish population in Los Angeles began after 1945 when thousands of war veterans and others

[[e.g. fugitives]]

moved West with their families. The city's population multiplied and the Jewish community grew apace. By 1948 the Jewish population was a quarter of a million, representing an increase of 2,000 people a month as Jews moved West in one of the great migrations in Jewish history."

(Français: "Á la fin de la Seconde Guerre mondiale on avait en Grand Los Angeles des 150.000 juifs, c'étaient des 20.000 plus depuis du commencement de la guerre. L'augmentement principal de la population juive de Los Angeles commençait après 1945 quand des 1000ers des anciens combattents et autres

[[p.e. des réfugiérs]]

mouvaient avec leurs familles vers l'ouest. La poplation urbaine doublait plusieurs fois et la paroisse juive augmentait rapidement. En 1948 la population juive consistait en 250.000 juifs, ça veut dire que l'augmentation fut de 2000 par mois quand les juifs migraient vers l'ouest. Cette migration fut une des grandes migrations de l'histoire juive.")
(Encyclopaedia Judaica, Band 11, Kolonne 501)

Maryland
L'article de l'Encyclopaedia Judaica concernant l'État Fédéral de l'Est de Maryland indique clarement une immigration dès 1933 et après 1945:

"The period of the Nazi persecutions and that of post World War II brought an additional 5,000 Jewish immigrants."

(Français: "On pouvait constater un afflux des 5000 immigrants juives durant le temps de nazi des persécutions et durant le temps après la Seconde Guerre mondiale.")
(Encyclopaedia Judaica, tome 11, colonnes 1076-1077)

Ce nombre paraît très petit, et il paraît que les immigrants qui ont seulement passé Maryland ne sont pas mentionnés.

Massachussets
On constate aussi pour l'État Fédéral de Massachussets des "EUA" une immigration juive massive durant les temps nazis, avec la capitale de Boston a la côte de l'est. Le texte:

"In 1917 the state's Jewish (col. 1111) population was 190,000; by 1937 it had risen to 263,000, dropping to 223,000 in 1959, and then rising over the following decade." (col.1112)

(Français: "En 1917 la population juive (col.1111) fut 190.000; jusqu'à l'année augmentait la population juive à 263.000,et baissait jusqu'à l'année de 1959 à 223.000, mais pendant les années suivantes augmentait une autre fois." (col.112)
(Encyclopaedia Judaica, tome 11, colonnes 1111-1112)

Ici manquent des dates importantes comme touts les nombres durant la guerre et durant le temps après la guerre entre 1939 et 1948. On peut admettre que l'immigration augmentait bien en ce temps encore une fois. Cet article est bien manipulé pour cacher l'immigration effective. Mais on ne peut pas nier qu'on avait une immigration pricipale des juifs venant des territoires nazis.

Nouveau-Londres (New London, "USA")
Dans cet article on constate des émigrants allemands-juifs entre 1933 et 1940:

"In 1905 there were 400 Jews in New London. In 1932 the number had increased to approximately 2,000. By 1940 the Jewish population was 2,200, augmented by a new group of Jewish refugees from Nazi Germany."

(Français: "En 1950 on avait 400 juifs à Nouveau-Londres. En 1932 le nombre avait augmenté à environnement 2000. Jusqu'à l'année de 1940 le nombre augmentai à 2200 par un nouveau groupe de réfugiérs juifs de l'Allemagne Nazi.")
(Encyclopaedia Judaica, tome 12, colonne 1035)

New York City
Aussi l'article sur New York City indique clarement qu'il y avait des juifs allemands immigrants entre 1933 et 1937, et cet afflux continuait jusqu'à l'anné 1950:
1927: 1.765.000 juifs
1937: 2.035.000 juifs
1950: 2.100.000 juifs

"1930-1970. Demography. Following World War I the Jewish population of New York grew moderately to 1,765,000 in 1927 and 2,035,000 in 1937. It tapered off around 2,100,000 in 1950, and slowly decreased as Jews moved to the suburbs from the 1950s. By 1960 the Jewish population of the city had declined to 1,936,000, while that of the metropolitan area increased to 2,401,600."

(Français: "1930-1970. Démographie. Après la Première Guerre mondiale la population juive de New York augmentait à 1.765.000 en 1927, et à 2.035.000 en 1937. Fut un maximum en 1950 avec des 2.100.000 juifs, et puis le nombre baissait quand les juifs cangeaient vers l'aglomération. En 1960 on avait encore des 1.936.000 juifs dans la ville de New York, mais dans l'aglomération le nombre augmentait à 2.401.600."
(Encyclopaedia Judaica: New York City; tome 12, colonne 1105)

L'État de New York (New York State)
Dans cet article concernant l'État de New York est indiqué une augmentation énorme depuis de 1945, et cette augmentation surement fut possible seulement avec l'immigration:

"In 1940, 90% of the state's 2,206,328 (1937 figure) Jews resided in NY City. However, the next two decades saw a flow of city dwellers, including a disproportionately large number of Jews, to the suburbs. In 1940 fewer than 100,000 Jews had lived in all the suburbs, but Nassau alone had 329,000 Jews by 1956 and 372,000 in 1968; Suffolk, 20,000 by 1956 and 42,000 in 1968; and Westchester, 116,900 by 1956 and 131,000 in 1968. The number of permanent Jewish residents in the upstate resort counties of Sullivan, Ulster, and Orange did not appreciably increase from 1940."

(Français: "En 1940, 90% des 2.206.328 juifs de l'État de New York (nombre de 1937) vivaient encore dans la ville de NY. Mais pendant les deux décennies suivantes beaucoup changeaient leur domicile vers l'aglomération, et aussi un grand nombre des juifs. En 1940 vivaient moins des 100.000 juifs dans l'aglomération. Mais en 1956 seulement en Nassau vivaient 329.000 juifs, et en 1968 furent 372.000; et à Suffold furents 20.000 en 1956 et 42.000 juifs en 1968; et à Westchester furent 116.900 en 1956 et 131.000 en 1968. En revanche le nombre des juifs dans l'arrière-pays de Sullivn, Ulster et Orange ne changait pas beaucoup depuis 1940.")
(Encyclopaedia Judaica: New York State; tome 12, colonne 1127)


Australie: Melbourne
Pour Melbourne l'Encyclopaedia Judaica indique les nombres suivantes qui toujours augmentent, et ainsi on peut supposer une immigration pendant les années depuis la guerre:
1933: 4552 juifs
1947: 7322 juifs
1954 11.915 juifs
(Encyclopaedia Judaica, tome 11, colonnes 1279-1280).


Jusqu'à aujourd'hui (2010) la justice européenne n'accepte pas l'émigration et les mouvements d'exode comme une part de la persécution des juifs. Avec ce comportement la justice commet le désaveu de l'émigration et commet généralement le désaveu de la persécution des juifs nouvelle selon les nouvelles dates. Mais l'Encyclopaedia Judaica éxiste déjà depuis 1971. C'est un scandal.

Même sur des sites de web on peut trouver les grandes migrations des juifs entre 1933 et 1939. Un exemple est Hildesheim: On avait env. 500 juifs, et en 1939 on a encore env. 100 juifs:

<Nach dem 30. Januar 1933 lebten in Hildesheim ca. 500 jüdische Bürger, von denen bis September 1939 etwa 400 Personen auswanderten bzw. abgeschoben wurden.>

(Français: <Après le 30 janvier de 1933 vivaient env. 500 citoyens juifs à Hildesheim. De ces 500 env. 400 personnes avaient émigrés resp. avaient été expulsés.>)
(http://www.lwg.uni-hannover.de/wiki/Hildesheim_im_Nationalsozialismus_-_Aspekte_der_Stadtgeschichte)

Ainsi on a la question: Combien de temps la justice veut mentir encore concernant l'émigration de la persécution des juifs?



36. "Mouvement" des juifs de l'Europe de Nazi à la Russie 1941-1943

Selon des indications du survivant du goulag, journaliste et informatique Jurij Below (Frankfort) on organisait un "mouvement" des juifs entre 1941 et 1943 des millions des juifs à la Russie par les camps polonais (Sobibor, Treblinka, Auschwitz) en coordination entre Hitler et Stalin. Puis Stalin laissait fusiller 1.5 mio. de juifs comme des "agents". En 1944 les archives étaient confisqués et cachés parce qu'on voulait protéger Stalin et accuser seulement l'Allemagne à cause des pertes des juifs.

nach oben / vers
              le haut / arriba / topnach oben / vers le haut / arriba / top